« Le message doit rester clair pour tout le monde; le Québec est une société francophone et laïque, et l’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas négociable » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Réaction de la FTQ au dépôt du rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables

Montréal, le jeudi 22 mai 2008 – Réagissant au rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), salue le gros bon sens du rapport produit par les commissaires Bouchard et Taylor. « Au Québec, tout le monde doit s’ajuster à trois vérités non négociables : nous sommes une société francophone, laïque et qui place l’égalité entre les hommes et les femmes au cœur de son identité », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Pas de place pour les fondamentalistes de tout acabit

À la FTQ, on utilise les accommodements raisonnables dans nos milieux de travail, au cas par cas, sans problème et, en ce sens, nous sommes d’accord avec l’analyse des commissaires sur le fait que certains événements ont été montés en épingle. « Ce qui est en cause, c’est l’exploitation qu’en font les fondamentalistes religieux. C’est aussi l’application de certaines règles par des gestionnaires mal avisés et mal informés des règles qui demeurent floues dans l’esprit de plusieurs. C’est pourquoi la FTQ réclame des directives claires pour les gestionnaires d’institutions publiques qui sont les gardiens de la laïcité au Québec. Sur le terrain, les organisations syndicales utilisent sans problème l’accommodement sans que cela fasse de crise », a ajouté le secrétaire général, René Roy.

La francisation et des moyens pour l’intégration des immigrants

« Pour la FTQ, le français comme langue du travail est un outil important d’intégration mais, pour cela, il faut davantage de moyens. « Pour nous, le rapport Bouchard-Taylor ne va pas assez loin sur cette question prioritaire. Il faut consacrer plus de moyens, donc plus d’argent à la francisation et à l’intégration des immigrants, et en particulier appliquer la loi 101 à toutes les PME dans lesquelles sont employés la majorité des immigrants récents. Québec doit aussi renforcer la loi 101, tel que recommandé par le dernier Congrès de la FTQ », a commenté le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

L’État et les signes religieux

La FTQ est en désaccord avec l’une des recommandations de la Commission qui veut permettre aux fonctionnaires et aux étudiants le port de signe religieux. « Pour la FTQ, l’État doit rester neutre : ce qui implique ses fonctionnaires et ses représentants, ainsi que ses institutions. Il faut donc réglementer clairement le port de signe religieux », a conclu Michel Arsenault.

– 30 –

Source : FTQ
Informations : Jean Laverdière 514 893-7809