Le gouvernement du Québec doit maintenant passer à l’action

Dépôt du rapport de consultation sur les conditions de vie des aînés

Montréal, vendredi le 7 mars 2008 – Le secrétaire général de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec, René Roy, s’est dit déconcerté de constater que le Rapport de la Consultation publique sur les conditions de vie des aînés ne contient aucune piste d’action concrète. « Bien que les constats qui sont formulés dans ce Rapport soient valables, il est difficile de comprendre pourquoi la ministre Blais n’a pas profité de sa publication pour annoncer ses couleurs. L’État a un rôle majeur à jouer pour améliorer les conditions de vie des aînés. Pourtant, la ministre Blais ne propose rien de concret », a déclaré René Roy.

« Le fait de permettre aux personnes âgées de vivre chez eux le plus longtemps possible et l’importance de soutenir adéquatement les aidants naturels sont des solutions connues qui font l’unanimité depuis longtemps. Cela étant dit, il demeure que les efforts en ce sens ne sont pas suffisants. Le gouvernement doit aller plus loin et mettre en œuvre un plan d’action efficace », a pour sa part déclaré Danielle Legault, vice-présidente aux communications et aux questions régionales du Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (FTQ).

Selon Louise Valiquette, directrice adjointe du Syndicat canadien de la fonction publique au Québec, « le Rapport est bien silencieux sur la réalité des travailleuses et travailleurs vieillissants. On sait que les personnes ont maintenant la capacité et le désir de demeurer actives plus longtemps sur le marché du travail. Il est urgent que l’on réfléchisse à des avenues pour assurer des milieux de travail mieux adaptés à cette réalité, autant en ce qui a trait à la santé et sécurité qu’aux conditions de travail. »

Rappelons que lors de cette consultation, la FTQ a fait des recommandations touchant plusieurs aspects de la vie des personnes vieillissantes. Elles concernent notamment les questions d’hébergement des aînés, de conciliation travail-famille et de la nécessité de développer une politique favorisant le « vieillissement actif ». Une telle politique devrait proposer des programmes volontaires de retraite graduelle, de diminution du temps de travail, de recyclage et de formation continue, de transmission des connaissances et de l’expérience, de mentorat et de mesures d’encouragement aux activités physiques et aux loisirs.

« Le gouvernement a une première chance de montrer qu’il a bien compris les besoins des personnes aînées : le budget du 13 mars prochain. Nous nous attendons à des propositions concrètes et efficaces. En bout de piste, c’est toute la population québécoise qui en bénéficierait », a conclu René Roy.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

─ 30 ─

Source : FTQ
Information : Jean Laverdière 514 893 7809