« Le gouvernement doit revoir tout le mode d’investissement en PPP et injecter les sommes nécessaires en santé et en éducation dans le prochain budget » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Réaction de la FTQ à l’énoncé économique du gouvernement Charest

Montréal, jeudi 15 janvier 2009 – Après avoir pris le temps d’étudier chacune des propositions contenues dans l’énoncé de la ministre Jérôme-Forget et leurs impacts réels, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) juge ces mesures très modestes dans l’ensemble et pas très originales si on les on compare, par exemple, avec le tournant vert économique que s’apprête à faire la future administration Obama dès son inauguration aux États-Unis.

Réinvestissements nécessaires en santé et en éducation

« La modestie des mesures annoncées laisse au moins espérer que des réinvestissements nécessaires seront faits dans la santé et l’éducation dans le prochain budget. Et surtout, le gouvernement ne doit pas suivre le biais du gouvernement Harper sur la question de l’équilibre budgétaire », a estimé le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Investir dans les infrastructures

« Sur le plan des investissements, on aurait pu faire preuve de plus d’ambition pour commencer maintenant à se doter des infrastructures qui permettront de se conformer aux objectifs de développement durable. On pense au transport collectif en particulier et à la mise niveau des immeubles, sans oublier les engagements déjà pris sur le logement social », a ajouté le président de la FTQ.

Non aux PPP

Par ailleurs, sur la question des investissements en infrastructure, la FTQ déplore que le passage obligé en mode PPP se traduise par des délais insensés (le cas du CHUM) dans la mise en exécution, ainsi que par l’octroi de contrats à des sociétés étrangères tels ceux de l’autoroute 30 ou celui du pont de la 25, minimisant ainsi les retombées locales. La FTQ demande au gouvernement de revoir tout le mode d’investissement en PPP.

Investir chez nous

« Plutôt que d’envoyer des millions de dollars à l’étranger avec la formule des PPP, le gouvernement devrait mettre en œuvre une politique d’investissement et d’achat chez nous », a proposé Michel Arsenault.

Aider les entreprises à s’en sortir

« Quant aux crédits supplémentaires à la SGF, il s’agit d une bonne nouvelle. Mais on aimerait voir une véritable stratégie concertée du gouvernement et de toutes les sociétés d’État afin d’aider les entreprises québécoises non seulement à survivre dans la tourmente, mais à tirer leur épingle du jeu », a conclu le dirigeant syndical.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –
Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809