Le gouvernement Charest revient sur sa décision : Maintien des normes sectorielles dans l'industrie du vêtement

Montréal, le 5 décembre 2003 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) saluent la décision du gouvernement Charest de reconsidérer son projet d’abolir les normes sectorielles dans l’industrie du vêtement.

Répondant aux demandes formulées par la FTQ et la CSD, le gouvernement a non seulement décidé de maintenir les normes sectorielles, mais il a également annoncé une majoration du taux de salaire minimum applicable à l’industrie. À compter du 1er janvier 2004, ce taux passera de 7,55 $ à 8,00 $ l’heure, ce qui représente une augmentation de 6 %.

« Mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est que le gouvernement introduit le principe selon lequel le taux de salaire minimum payable aux travailleuses et aux travailleurs de l’industrie du vêtement sera toujours supérieur de 0,50 $ au salaire minimum », expliquent de concert François Vaudreuil, président de la CSD et René Roy, secrétaire général de la FTQ.

En ce qui concerne les congés fériés, leur nombre est maintenu à dix. Les travailleuses et travailleurs conservent également la garantie d’une troisième semaine de vacances après trois ans de service continu. Quant aux horaires de travail et aux événements familiaux, le gouvernement maintient le statu quo.

« Nous sommes satisfaits de l’ouverture manifestée par le gouvernement Charest dans ce dossier, d’autant plus que le régime d’inspections pro-actives va, lui aussi, demeurer. Le maintien de ces inspections, assorti de directives claires émises à la Commission des normes du travail, va permettre de s’assurer que les normes sectorielles sont bel et bien respectées et appliquées dans chacune des entreprises, ce qui permettra d’éviter les abus et de contrer les pires formes d’exploitation », soulignent les dirigeants de FTQ et de la CSD.

Rappelons que 80 % des entreprises de confection de vêtements emploient dix salariés et moins, et que plus de 80 % de la main-d’œuvre, ce sont des femmes, dont 75 % sont des immigrantes, souvent nouvellement arrivées, sans grande qualification.

La décision du gouvernement de reconsidérer sa position d’abolir les normes sectorielles dans l’industrie du vêtement fait suite aux nombreux échanges qui ont eu lieu, depuis lundi, entre les représentants du gouvernement et les dirigeants de la CSD et de la FTQ.

Dimanche dernier, la FTQ et la CSD ont tenu une conférence de presse conjointe afin de dénoncer l’intention du gouvernement Charest d’abolir les normes sectorielles dans l’industrie du vêtement et de réclamer leur maintien ainsi que leur bonification.

Source

  • FTQ et CSD

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca