« Le gouvernement Charest doit rejeter sans équivoque cette ouverture du rapport Castonguay » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Rapport Castonguay : ouverture tous azimuts au privé

Montréal, le 19 février 2008 – « Nous avons toujours préconisé que les problèmes d’accès aux soins pouvaient se régler à même le système public. Notre système actuel est un joyau que nous devons préserver, améliorer et nous sommes prêts à faire notre part en matière d’organisation du travail pour en bonifier l’accès et le fonctionnement », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault, dans une réaction préliminaire au rapport rendu public ce matin.

« On ne comprend pas que le rapport Castonguay, en ouvrant encore davantage les portes au privé, se place à contre-courant de toutes les études qui ont conclu que le recours au privé allongeait les temps d’attente au public et vidait progressivement le système public de ses ressources », a ajouté Michel Arsenault.

Le gouvernement Charest doit résolument rejeter cette ouverture au privé qu’appelle le rapport Castonguay, estime le président de la FTQ qui rappelle que toutes les expériences de ticket modérateur, en Allemagne, en Angleterre, en France, ont fait chou blanc.

« Ces expériences ont toutes démontré que ce ticket, que le rapport Castonguay n’ose pas qualifier de modérateur, a constitué un frein à la consultation pour les plus démunis et même la classe moyenne. À moyen terme, avec le développement de pathologies plus graves non détectées préventivement, les coûts n’en deviennent que plus lourds », a fait valoir M. Arsenault.

Enfin, la FTQ juge que le milliard éventuellement récupéré d’Ottawa devrait être exclusivement dédié à la santé.

« Le gouvernement doit se prononcer rapidement et clairement pour un système public efficace et accessible », a conclu le président de la FTQ.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809