Le Front commun souhaite un règlement négocié avant l’été pour tous les membres qu’il représente

Négociations dans les secteurs public et parapublic

Montréal, le 3 juin 2010 – Préoccupés par le déroulement insatisfaisant des négociations dans la santé et les services sociaux, les porte-parole du Front commun, Gilles Dussault, du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Louis Roy, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), et Michel Arsenault, de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), demandent au gouvernement de faire le nécessaire pour remettre le processus de négociation sur les rails.

Pour les porte-parole du Front commun, des ententes avant l’été dans le réseau de la santé sont possibles à condition d’assainir le processus en cours. La partie patronale doit cesser d’imposer des ultimatums. Elle doit accepter de traiter des enjeux propres à chaque groupe. Pour certains, l’aménagement du temps de travail constitue la priorité de la présente ronde et ils sont disposés à en débattre. Pour d’autres groupes, ce sujet ne constitue pas un enjeu majeur et ils voudraient pouvoir aborder les sujets qu’ils estiment prioritaires.

Le Front commun rappelle que pour en arriver à des ententes satisfaisantes à toutes les tables, la partie patronale devra accepter de négocier des solutions pour améliorer le quotidien de toutes les catégories de personnel dans le réseau.

« Nous comprenons mal les raisons qui font en sorte que les tables de négociation du secteur de la santé et des services sociaux n’arrivent pas à avancer, voire même font du surplace depuis des mois. Comment se fait-il que nous ayons réussi à obtenir des ententes négociées au niveau sectoriel pour un grand nombre de membres du Front commun provenant, entre autres, des secteurs de la fonction publique et de l’éducation alors que dans le secteur de la santé, nous n’y arrivons pas ? », a déclaré Gilles Dussault, porte-parole du Secrétariat intersyndical des services publics (SISP).

Des comités patronaux en santé qui manquent d’ouverture

Les porte-parole syndicaux veulent que les comités patronaux en santé s’inspirent des autres secteurs ayant réussi à régler. Malgré des négociations parfois coriaces dans les secteurs de la fonction publique et de l’éducation, les représentantes et représentants patronaux et syndicaux ont trouvé des moyens de faire avancer les négociations avec les résultats que l’on connait aujourd’hui pour certains groupes. « Toutes les tables n’ont pas réglé, mais au moins, on peut espérer des perspectives de règlement à court terme. Malheureusement, en santé, nous ne pouvons que déplorer aujourd’hui la stratégie des comités patronaux de négociation », ajoute Louis Roy, vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Les organisations syndicales réitèrent qu’elles souhaitent toujours en arriver à une entente négociée le plus tôt possible. Depuis le début, les organisations syndicales ont choisi de faire différemment. Elles ont utilisé l’outil que constitue la médiation comme il se doit, dans le but de trouver des solutions pour améliorer les services à la population. « Nous avons tout mis en œuvre pour obtenir une entente avec bonne foi et diligence, et nous sommes impatients de mettre cette négociation derrière nous. Tous ont intérêt à ce que cette négociation se conclue par une convention collective négociée : le gouvernement, les syndicats et la population, mais surtout les travailleuses et travailleurs, qui pourraient se consacrer à leurs tâches en bénéficiant de l’amélioration de leurs conditions de travail. C’est une nouvelle main que nous tendons au gouvernement », déclare Michel Arseneault, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

Pour les porte-parole du Front commun, l’été est à nos portes et nous savons toutes et tous que la période des vacances nous éloignera encore plus d’un règlement négocié. « Pendant ce temps, ce sont les services à la population qui en souffrent et les employés de l’État sont toujours dans l’attente d’un nouveau contrat de travail. »

Le Front commun réunit tous les grands syndicats présents dans les secteurs public et parapublic, soit les organisations regroupées au sein du SISP (CSQ, FIQ, SFPQ, APTS et SPGQ), de la CSN (FSSS, FEESP, FNEEQ et FP) et de la FTQ (SCFP, SQEES, SEPB et UES).

– 30 –

Sources : SISP, CSN, FTQ

Pour information : Marjolaine Perreault, SISP : 514 235-5082
Jean-Pierre Larche, CSN : 514 605-0757
Jean Laverdière, FTQ : 514 893-7809