« L’aide annoncée par Ottawa est ridicule. Il s’agit d’un “chef-d’œuvre” d’improvisation et de confusion »– Henri Massé, président de la FTQ

La FTQ dénonce le pseudo-programme d’aide aux travailleurs âgés

Montréal, le 17 octobre 2006 – Le gouvernement conservateur de Stephen Harper vient de démontrer son incapacité à comprendre la situation des travailleurs âgés qui perdent leur emploi. « Le programme d’aide de 19 millions de dollars sur deux ans annoncé par le fédéral est complètement ridicule. Après neuf mois de pouvoir, ce gouvernement accouche d’un programme improvisé écrit sur un coin de table. C’est un travail bâclé, les travailleurs âgés méritent plus de respect et de considération. Visiblement les élus conservateurs sont déjà déconnectés de la vraie vie. Ce n’est pas de cette façon qu’ils vont remonter dans les sondages au Québec », de déclarer le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), M. Henri Massé.

La FTQ réclame depuis longtemps un véritable programme d’aide et de soutien aux travailleurs âgés qui perdent leur emploi, que ce soit dans les secteurs forestier, du textile, du vêtement ou du meuble. Dans les faits, c’est toute l’industrie manufacturière qui est en crise, et que fait le gouvernement fédéral pour aider l’industrie? RIEN.

« Actuellement il y a deux Canada économiques, l’Ouest qui surchauffe, et l’Est du pays, abandonné à son propre sort. Est-il besoin de souligner que la Banque du Canada a contribué à cette surchauffe en haussant à plusieurs reprises au cours des derniers mois son taux d’intérêt, sans se préoccuper de l’impact de cette mesure pour l’économie de l’Est du pays? Par exemple, dans l’industrie du vêtement et du textile, le gouvernement a l’option de se prévaloir des mesures transitoires pour protéger les travailleurs. Les États-Unis l’ont fait, l’Union européenne l’a fait, qu’attend donc le gouvernement canadien pour agir? », d’ajouter le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

Est-il besoin de rappeler que dans son programme d’assurance-emploi, le fédéral avait l’option d’injecter quelque 800 millions de dollars en formation des travailleurs. Ottawa a plutôt choisi de verser ces surplus dans le remboursement de la dette. « Aujourd’hui, les travailleurs sont orphelins, le gouvernement conservateur les abandonnant littéralement à leur propre sort, alors qu’ils paient des taxes et des cotisations à l’assurance-emploi, c’est d’une tristesse sans nom », de conclure le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, FTQ, 514 893-7809