L’adoption sous le bâillon du projet de loi no 10

La FTQ dénonce cet affront à la démocratie

Québec, le 6 février 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), et ses syndicats affiliés dans le secteur de la santé (SCFP et SQEES-298) dénoncent l’adoption sous le bâillon du projet de loi no 10 sur la fusion des établissements de santé.

« Nous aurions aimé avoir davantage d’écoute de la part du gouvernement libéral. Pour la FTQ, il n’y a aucune urgence à procéder de cette façon surtout qu’une très forte majorité des intervenants en commission parlementaire ont fait connaitre leur opposition au projet de loi », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Solidairement, avec les autres organisations syndicales, la FTQ et ses syndicats affiliés en santé participent à une vigile devant l’Assemblée nationale pour marquer leur opposition au projet de loi et au bâillon. « Ce gouvernement est en train de détruire ce que nous avons mis des années à construire, soit le modèle québécois, au profit d’une centralisation extrême des pouvoirs qui ne donnera aucun service supplémentaire à la population », affirme la présidente du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec), Lucie Levasseur.

« Contrairement à ce qu’il affirme, nous ne voyons aucune économie dans ce que le gouvernement est en train de faire. Il ne s’agit que d’un brassage de structure qui va paralyser tout le réseau. La population a besoin de service et non de structure », ajoute le président du Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298), Jean-Pierre Ouellet.

« Le gouvernement aurait intérêt à entreprendre une véritable consultation et à écouter ceux et celles qui, sur le terrain, sont en mesure d’évaluer véritablaement l’impact d’un tel regroupement administratif », concluent les leaders syndicaux.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.