« L’accès à une véritable syndicalisation pour les travailleurs et les travailleuses de toute l’industrie du film et de la télévision ne peut qu’être positif » – Michel Arsenault, président de la FTQ

La FTQ et son syndicat affilié AIEST saluent l’adoption du projet de loi 32

Montréal, le 18 juin 2009 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), et l’Alliance internationale des employés de scène, de théâtre et de cinéma, des techniciens de l’image, des artistes et des métiers connexes (AIEST), saluent la volonté du gouvernement du Québec d’améliorer le sort des travailleurs et des travailleuses de cette industrie en adoptant le projet de loi 32 modifiant la Loi sur le statut de l’artiste. « Cette loi va permettre à ceux et à celles qui oeuvrent dans l’industrie du film et de la télévision de combler d’importantes lacunes, tout en respectant les travailleurs et leur droit à une représentation syndicale juste et équitable. L’adoption de ce projet de loi mettra fin à une longue période d’instabilité », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Un projet de loi porteur d’avenir

Faut-il rappeler que l’industrie du cinéma est un facteur plus que positif pour le développement économique du Québec. « Pour chaque million dépensé pour une production cinématogra–phique, ce sont des milliers de dollars qui vont en main-d’œuvre, construction de décors, location, hébergement, essence, etc. Pour chaque dépense de 10 millions de dollars dans le cadre d’un tournage étranger au Québec, c’est la création de 155 emplois personnes/année, qui génèrent des revenus de 5,6 millions de dollars », ont conclu Michel Charron, directeur des affaires syndicales à la section locale 514, et Christian Lemay, directeur des affaires régionales et vice-président Québec section locale 667 de l’AIEST.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

– 30 –

Sources : FTQ, AIEST
Informations : FTQ, Jean Laverdière, tél. : 514 893-7809