« La tartufferie de cet ex-ministre de la Santé qui jurait, la main sur le cœur, de sauver le système public doit être dénoncée publiquement » – Michel Arsenault, président de la FTQ

La FTQ demande à Jean Charest de se débarrasser de l’héritage de Couillard

Montréal, mercredi 10 décembre 2008 – « Les propos tenus par le désormais chef lobbyiste du privé en santé, Philippe Couillard, devant les membres de l’Institut canadien de la retraite et des avantages sociaux, justifient à eux seuls le recours juridique intenté par la FTQ et la CSN contre les mesures facilitant la création d’un monopole privé sur un nombre indéterminé de chirurgies et de traitements.

« Le gouvernement Charest doit se dissocier rapidement et fermement de ces propos et en profiter pour se débarrasser définitivement de l’héritage laissé par un Dr Couillard dont on voit aujourd’hui les véritables intérêts étalés au grand jour. La tartufferie de cet ex-ministre de la Santé qui jurait, la main sur le cœur, de sauver le système public doit être dénoncée publiquement », a déclaré Michel Arsenault, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

La porte toute grande ouverte au privé

Rappelons que l’ex-ministre, dans des propos rapportés par un quotidien montréalais, en appelait à la multiplication de cliniques privées de type Rockland MD, à la pratique mixte pour les médecins, à l’autorisation des assurances privées pour les actes couverts par le système public.

Il est également utile de rappeler que l’ex-ministre Couillard a fait le saut au privé quelques semaines après avoir piloté l’adoption de règlements ouvrant toute grande la porte au privé en santé.

Philippe Couillard s’est préparé un véritable plan d’affaires privé

« Philippe Couillard s’est littéralement préparé un véritable plan d’affaires alors même qu’il faisait encore partie du gouvernement. Il s’est créé de toutes pièces des conditions de travail dans le privé tout en occupant la plus haute charge publique en santé. Il s’agit là d’un accroc majeur à tous les principes de bonne gouvernance qui doivent prévaloir dans tous les ministères et sociétés d’État tels que prêchés par le gouvernement », a ajouté Michel Arsenault.

L’ex-ministre renie ses engagements de 2003 sur les temps d’attente

Contrairement à ce qu’affirme l’ancien ministre, ce n’est pas être partisan du statu quo que de défendre un système de santé public, universel et gratuit. « Le ton de ses propos sur la soi-disant utopie du médecin de famille et sur l’introduction d’un ticket modérateur à l’urgence de Sainte-Justine frôle le mépris. Lorsque Philippe Couillard dit que c’est gênant pour un pays du G-8 d’avoir un niveau d’accès aux soins comme on a chez nous, se souvient-il que c’est lui-même et son gouvernement de l’époque qui s’engageaient formellement à mettre fin dès 2003 aux temps d’attente? », a questionné le président de la FTQ.

« Si j’étais le partenaire privé du Dr Couillard, je m’inquiéterais sérieusement de ses retournements de veste à la lumière de l’hypocrisie avec laquelle il a préparé le terrain à l’entrée en masse du privé à tous les niveaux de notre système de santé », a conclu Michel Arsenault.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Louis Cauchy, 514 235-3996
Jean Laverdière, 514 893-7809