« La sortie de la CAQ est purement électoraliste et sent le désespoir à plein nez alors que le Fonds est à réfléchir sur sa gouvernance » - Daniel Boyer, président de la FTQ

La FTQ réagit à l’annonce de la CAQ de déposer un projet de loi enlevant à la FTQ et à ses syndicats affiliés la majorité au CA du Fonds

Montréal, le 29 janvier 2014. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) déplore l’impatience de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui a annoncé cet après-midi vouloir déposer un projet de loi pour enlever à la FTQ et ses syndicats affiliés la majorité des membres au conseil d’administration du Fonds. « La sortie de Monsieur Legault est irresponsable et on se demande bien quels intérêts il tente de servir. Le chef de la CAQ n’est pas sans savoir qu’un comité spécial a été formé afin d’étudier la gouvernance du Fonds. En commission parlementaire, et en présence des représentants de la CAQ, le président de la FTQ et les dirigeants du Fonds se sont engagés à déposer un rapport sur la gouvernance avant le 31 mars prochain. Jusqu’à présent, le comité formé majoritairement d’externes au Fonds a tenu 7 rencontres », a déclaré le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Le Fonds des travailleurs de la FTQ est un fonds qui a fait ses preuves. Ses rendements sont sans cesse en hausse, il compte plus de 615 000 actionnaires et a permis de créer au fil des ans plus de 170 000 emplois, tout en venant en aide à des centaines d’entreprises. « D’ailleurs à ce sujet, il est curieux de constater que M. Legault avait moins de scrupule à composer avec un Conseil d’administration majoritairement formé de représentants de travailleurs et travailleuses à l’époque où le Fonds a mis plus de 20 millions de dollars dans son entreprise, soit Air Transat. Il est toujours étrange de voir comment une même personne peut profiter des investissements approuvés par le CA du Fonds et plusieurs années plus tard, pour des raisons strictement électoralistes, attaquer cette même gouvernance », a conclu Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.