« La restauration de Gentilly-2 doit aller de l’avant plus que jamais » – Michel Arsenault, président de la FTQ

Montréal, vendredi 11 décembre 2009 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) juge irresponsable la sortie de deux députés du Parti Québécois réclamant l’arrêt de la restauration et le démantèlement de la centrale Gentilly-2.

« Tant au chapitre de la sécurité énergétique qu’à celui du développement économique et social de la région de Bécancour, de Trois-Rivières et du Québec dans son ensemble, la restauration de Gentilly-2 doit aller de l’avant plus que jamais », a estimé le président de la FTQ, Michel Arsenault.

Des retombées importantes pour la région et le Québec

Rappelons que durant la seule étape de la restauration, le chantier de Gentilly-2 représente 1 800 emplois durant une période de 18 mois auxquels il faut ajouter quelque 800 emplois pour les opérations normales de la centrale. Ces emplois représentent des retombées économiques importantes pour la région et le Québec, soit environ 70 millions de dollars par année en masse salariale, 300 à 400 millions de dollars en achat de matériel par Hydro-Québec pour un projet de près de 2 milliards de dollars.

Un gage de fiabilité et de sécurité d’approvisionnement en électricité

Richard Perreault, président de la section locale 1500 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-FTQ), rappelait, à l’occasion de l’annonce de la restauration que « Gentilly-2 est la seule centrale non hydraulique de base du réseau d’Hydro-Québec. Ne dépendant pas du niveau des réservoirs, tout comme elle ne dépendra pas du caprice des vents, elle est un élément important de la fiabilité et de la sécurité d’approvisionnement en électricité.

« Aussi paradoxal que cela puisse paraître, de par sa fiabilité et son taux d’utilisation de près de 80 %, Gentilly-2 constitue un soutien important à la constitution d’un parc d’énergie éolienne au Québec, dont il peut garantir par sa stabilité les aléas d’un taux d’utilisation de quelque 20 % à 30 %.

« Gentilly-2 occupe une position stratégique sur le réseau, de par sa proximité des grands centres vulnérables aux pannes majeures. On ne peut pas jouer avec la sécurité énergétique lorsque la santé et la sécurité des gens sont en jeu ».

Choisir la bonne cible

« Sans jeu de mots, si les députés du PQ ont des énergies à investir, ils devraient plutôt enfourcher le cheval de bataille de la nationalisation de la filière éolienne dont le développement anarchique a affecté bon nombre de régions en plus de flouer des communautés locales au plan des retombées », ont conclu MM. Perreault et Arsenault.

Rappelons que c’est à l’unanimité que les délégués de la FTQ ont appuyé en congrès la réfection de Gentilly-2 dans un contexte sécuritaire et respectueux de l’environnement.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809