La FTQ se réjouit du succès du Régime québécois d’assurance parentale, mais s’inquiète quant à l’avenir de son financement

Montréal, mardi le 23 janvier 2007 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) constate une fois de plus le succès d’un programme réclamé depuis longtemps par les organisations syndicales et les hommes et les femmes qui y militent. Le succès de ce programme répond aux besoins des parents qui ont des enfants tout en assurant la participation des femmes dans l’économie du Québec.

« Sans les pressions exercées par les travailleuses et les travailleurs qui sont aussi des parents, il ne fait pas de doute que la mise en place d’un tel programme aurait traîné encore longtemps sur les tablettes gouvernementales. C’est une autre preuve que les organisations syndicales font progresser la société québécoise par des idées novatrices et inclusives », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

Non aux coupures dans le financement et de ses bénéfices pour les parents

Actuellement le régime s’autofinance. L’assurance parentale a permis à quelque 97 692 parents de faire une pause dans leur travail pour se consacrer à leur famille. Cependant, la FTQ exprime ses vives inquiétudes quant à l’avenir du financement de ce régime. Qu’arrivera-t-il si le régime devient déficitaire? « Le succès de ce régime risque de dépasser les montants prévus lors de la mise en place du programme. Afin de maintenir les bénéfices du régime, la FTQ demande une fois de plus au gouvernement du Québec d’y injecter de l’argent neuf. Pas question ici d’accepter des hausses de cotisation ou encore des coupures ou encore que soit charcuté le Régime québécois d’assurance parentale», de conclure M. René Roy.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

-30-

Source FTQ