« La FTQ salue la décision de la Cour d'appel et y voit une occasion à ne pas rater de renouer le dialogue » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Montréal, le 27 janvier 2004 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille le jugement de la Cour d’appel sur la portée de la Loi fédérale sur l’assurance-emploi, confirmant l’empiètement du fédéral dans un champ de compétence du Québec, comme une occasion à ne pas rater de renouer le dialogue pour la mise en place d’un véritable régime québécois d’assurance parentale financé adéquatement.

« Nous demandons instamment au gouvernement fédéral de ne pas soumettre ce jugement à la Cour suprême, d’autant que l’écart entre les parties, au moment de la rupture des discussions en 2002, était somme toute mineur, tout au plus une centaine de millions de dollars », a fait valoir M. René Roy, secrétaire général de la FTQ.

« Depuis des années, la FTQ a fait de la conciliation travail-famille l’une de ses priorités et nous voyons dans cette décision de la Cour d’appel l’ouverture à des actions concrètes à court terme pour que les travailleuses et, de plus en plus, les travailleurs et les jeunes puissent avoir accès à des congés leur permettant de veiller sur leurs enfants sans être pénalisés au plan économique », a ajouté M. Roy.

« Le nouveau gouvernement Martin devrait en profiter pour régler une fois pour toutes ce litige avec le Québec, ce qui permettrait de lancer une véritable politique familiale qui profiterait à tous les acteurs de la société québécoise », a conclu M. Roy.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Cauchy
  • lcauchy@ftq.qc.ca