La FTQ représente 42.5% des syndiqués au Québec --- Les syndicats indépendants au 2è rang avec 23.1%

Montréal, le 18 août 2003 — La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec représente 42,5% des syndiqués au Québec, ce qui en fait de loin la première organisation syndicale en importance, indique le dernier relevé effectué par la centrale à partir des données gouvernementales et rendu public aujourd’hui par le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

Les syndicats indépendants se classent au deuxième rang avec 23,1% des effectifs syndicaux au Québec. Les plus importants d’entre eux sont la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec (FIIQ), le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) qui représente les fonctionnaires provinciaux, ainsi que le Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) vient en troisième position avec 20,8% des syndiqués. La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) suit avec 9,2%, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) avec 3,9% et quelques petites organisations syndicales avec 0,5%.

Le nombre de syndiqués au Québec est estimé à un million deux cent vingt-cinq mille (1 225 000). La FTQ en représente un peu plus de 520 000. Le relevé a été préparé par le Service de recherche de la FTQ à partir d’une compilation des statistiques québécoises et fédérales sur le sujet.

L’endroit le plus syndiqué

Le Québec est l’endroit le plus syndiqué au Canada, souligne M. René Roy. Selon Statistique Canada, le taux de présence syndicale y atteint 40,4% de la main-d’oeuvre en 2002, soit le même niveau que l’année précédente et après deux années de progression continue. Pour l’ensemble du Canada, le taux s’établit à 32,2%. Aux États-Unis, il est de moins de 15%. C’est la troisième année d’affiliée que le Québec se classe au premier rang des provinces canadiennes et au premier rang en Amérique du Nord, note M. Roy. Il est suivi de Terre-Neuve (39,1%), du Manitoba (36,1%), de la Saskatchewan (35,8%) et de la Colombie-Britannique (34,7%). L’Ontario affiche un taux de 28,1%, à l’avant-dernier rang devant l’Alberta qui ferme la marche à 24.5%.

Grande différence public-privé

Le secrétaire général de la FTQ souligne toutefois qu’il y a une grande différence entre le secteur public, syndiqué à 82% au Québec, et le secteur privé, qui n’est syndiqué qu’à 27,4%. C’est la raison pour laquelle si on prend l’ensemble des syndiqués au Québec, on en compte presque autant qui travaillent dans le secteur public que dans le secteur privé. Pour M. Roy, ce faible taux de présence syndicale dans le secteur privé explique pourquoi la FTQ s’est constamment battue et se bat encore pour améliorer la législation du travail en vue de faciliter l’accès à la syndicalisation.

TABLEAU

Répartition des effectifs syndicaux au Québec (2003) :

FTQ
42,5%
Indépendants
23,1%
CSN
20,8%
CSQ
9,2%
CSD
3,9%
Autres
0,5%

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca