La FTQ réagit au décès de la militante syndicaliste Madeleine Parent

Montréal, le 12 mars 2012 – Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, ainsi que Daniel Boyer, secrétaire général, tiennent à rendre hommage à la grande militante syndicale Madeleine Parent, décédée cette nuit. « Tous ceux qui connaissent un peu la vie de Madeleine Parent savent qu’elle a commencé son militantisme bien jeune dans la vie, avec l’objectif précis de faciliter les études pour les enfants de cultivateurs et d’ouvriers. Le mouvement étudiant, qui est en lutte ouverte pour empêcher la hausse des frais de scolarité, y trouvera donc une grande inspiration. À la FTQ, nous avons à la mémoire son passage au sein des Ouvriers unis du textile. Meneuse des grèves du textile en plein après-guerre, rien ne l’arrêtait : recrutement, propagande… malgré les arrestations et un verdict d’emprisonnement de deux années dont elle sera finalement acquittée.

« Le mouvement des femmes perd également une grande féministe. Avec Léa Roback, elle s’est battue pour le droit de vote des femmes et a été de toutes les marches pour les droits des femmes, dont la Marche mondiale.

« Il fait bon se rappeler, enfin, que Madeleine Parent était du côté du OUI lors du référendum de 1980, ce qui fait d’elle non seulement une syndicaliste féministe, mais également une militante profondément attachée au Québec et à son avenir.

« Nous perdons quelqu’un dont la vie est une source d’inspiration pour plusieurs d’entre nous, jeunes et moins jeunes… », ont conclu les dirigeants de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809