LA FTQ PARTICIPERA AU SOMMET DE LA JEUNESSE POUR Y PRÉSENTER DES PROPOSITIONS CONSTRUCTIVES - La centrale propose un fonds d'emploi pour les jeunes

Montréal, 15 février 2000 - « La FTQ participera très activement au Sommet de la Jeunesse afin d’y présenter des propositions constructives qui contribueront à donner de l’espoir aux jeunes », a fait savoir aujourd’hui le président Henri Massé, à la suite de la décision en ce sens prise par le Conseil général de la centrale réuni à Montréal.

Cette position avait d’abord été appuyée lors d’un grand colloque organisé par la FTQ sur le thème Les jeunes et le syndicalisme, qui a réuni fin janvier plus de 400 délégués dont la moitié avaient moins de 35 ans.

« La FTQ participera au sommet car nous n’avons jamais été d’accord avec la politique de la chaise vide, dit M. Massé. Bien sûr, nous sommes très respectueux de la démarche des jeunes et c’est leur sommet à eux. Nous proposerons des solutions aux problèmes que les jeunes eux-mêmes estiment prioritaires, comme la précarité de l’emploi, la formation, les stages ainsi que les lois du travail. »

Un fonds d’emploi pour les jeunes
Une des principales propositions de la centrale concerne la mise sur pied d’un fonds d’emploi pour les jeunes, à partir d’une enveloppe de 200 millions de dollars provenant du secteur privé et du gouvernement du Québec. Un tel fonds pourrait créer jusqu’à 10 000 emplois d’été chaque année. La FTQ et son Fonds de solidarité sont prêts à y injecter dix millions de dollars.

M. Massé a donné l’exemple du Fonds étudiant solidarité-travail du Québec mis sur pied récemment par la FTQ et le Fonds de solidarité. Ce fonds offre depuis l’été dernier des emplois d’été dans les syndicats, les coopératives, les groupes communautaires et les PME. Il compte accueillir près de 500 jeunes l’été prochain.

Une formation de qualité
La FTQ réclame par ailleurs que l’on établisse des critères précis afin d’assurer de véritables stages de formation aux jeunes et pour éviter que les stagiaires ne se substituent à un employé ou soient une main-d’œuvre à rabais.

« Nous demandons également que Québec mette tout en œuvre pour permettre aux jeunes adultes peu scolarisés de compléter leur formation initiale ainsi qu’une formation professionnelle leur ouvrant l’accès au marché du travail, a déclaré le secrétaire général, René Roy. Nous proposons en outre des projets de familiarisation avec le marché du travail régional pour les nouveaux diplômés afin de faciliter le maintien ou le retour des jeunes en région. »

Les lois du travail
La FTQ demande également qu’il y ait une campagne d’information et de formation sur les droits du travail et l’accès au syndicalisme pour les jeunes travailleurs et travailleuses, ainsi qu’une réforme du Code du travail pour favoriser la syndicalisation. Elle propose aussi une amélioration des diverses formules de soutien et d’aide aux jeunes entrepreneurs.

La FTQ est la centrale qui représente le plus grand nombre de jeunes de moins de 35 ans, soit près de 150 000, qui forment 30 % de son membership.

Source

  • FTQ
  • http://www.ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca