La FTQ en appelle à la formation d’un gouvernement de coalition

Rien de nature à relancer l’économie dans l’énoncé Flaherty

Montréal, jeudi 27 novembre 2008 – En réponse à l’énoncé économique du ministre Flaherty, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Michel Arsenault, « dénonce le vide sidéral du plan du gouvernement pour faire face à la crise, mais particulièrement la suspension du droit de grève ainsi que l’imposition d’un règlement salarial dans le secteur public, de même que son attaque frontale sur la question de l’équité salariale. La FTQ ne trouve rien dans l’énoncé de nature à relancer l’économie canadienne et québécoise. »

Plutôt que d’utiliser la crise pour faire un consensus parmi les Canadiens, le gouvernement Harper l’utilise comme excuse pour régler ses comptes avec l’opposition et le mouvement syndical », a fait valoir Michel Arsenault. « C’est littéralement une déclaration de guerre. »

Le président de la FTQ invite les partis de l’opposition à faire front commun pour renverser les conservateurs et former un gouvernement de coalition. « On aurait pu croire que les conservateurs avaient compris le message des électeurs, mais de toute évidence, loin de s’améliorer, leur attitude est encore plus idéologique et bornée. Nous espérons que les partis d’opposition iront plus loin que la simple dénonciation du gouvernement, et feront preuve d’audace et de leadership », a ajouté pour sa part René Roy, secrétaire général de la FTQ.

« Avec la crise qui s’installe, nous avons besoin d’un gouvernement qui mettra les besoins des travailleurs à l’avant-scène », ont conclu les deux dirigeants de la FTQ.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Louis Cauchy, 514 235-3996