La FTQ demande le maintien et la bonification de la vocation du Centre hopitalier de Lachine

Montréal, mardi le 23 mai 2006 – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) estiment que le maintien de services d’urgence avec accès aux ambulances, d’unités de soins intensifs, de salles d’opération, de lits d’hospitalisation, etc., au Centre hospitalier de Lachine doit être confirmé le plus rapidement possible par le CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle.

Des milliers de travailleurs dépendent du CH Lachine

« L’ajout de ressources correspondant à la demande de services doit être encouragé et salué, mais pas au détriment des services actuellement disponibles.

« Nous sommes d’autant préoccupés que le CH Lachine dessert des milliers de travailleurs oeuvrant dans le secteur de l’aéronautique (Bombardier, Air Canada, etc.), dans le secteur municipal, dans les secteurs manufacturier et industriel », a fait valoir M. Pierre Laliberté, conseiller politique à la direction de la FTQ, dans le cadre de la consultation publique sur le projet hospitalier du CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle aujourd’hui.

Le cœur de l’institution dans la balance

Dans son mémoire présenté aujourd’hui, la présidente du Syndicat des employés du CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle (SCFP-2881), souligne combien le département des soins intensifs et l’accès aux ambulances représentent le point d’ancrage de l’hôpital et de sa mission. « Ces deux services essentiels sont ni plus ni moins le cœur de ce qu’est un hôpital, et nous sommes d’avis que leur disparition correspondrait à la disparition de l’hôpital lui-même. Autrement dit, est possible, et même souhaitable, que l’Hôpital de Lachine diversifie ses activités, mais cela ne doit pas se faire au détriment de services déjà existants. Nous considérons que des solutions alternatives innovatrices doivent être envisagées avant de procéder à des changements irréversibles dans les services offerts à la population. »

Une situation stratégique

« De par sa situation stratégique au cœur du territoire desservi par le CSSS deDorval-Lachine-LaSalle, le centre hospitalier de Lachine est une ressource de première ligne pour la population du secteur, mais également pour les travailleurs du secteur, pour les passagers en cas d’accident aérien, pour les plaisanciers en cas d’accident nautique, pour les rescapés de la garde côtière canadienne, pour les victimes d’accidents de la route », a ajouté M. Laliberté.

L’importance du facteur temps pour sauver des vies

« Le CH de Lachine, de par sa proximité avec les axes des autoroutes 13 et 20, permet un accès rapide aux ambulanciers et aux premiers intervenants. Il serait intéressant, dans le cadre de la présente consultation ou dans un autre forum, d’entendre l’opinion des personnes responsables des plans d’urgence pour le secteur couvert par le CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle.

« A-t-on consulté les autorités responsables de la protection civile avant de lancer ce projet amputant le CH Lachine de fonctions importantes tant sur le plan préventif que curatif? Est-il nécessaire de rappeler que la population la plus à risque à l’occasion de la crise du verglas de 1998, par exemple, était constituée des personnes âgées, seules et à faible revenu.

« N’est-ce pas précisément cette strate de la population qui est en croissance dans le secteur du CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle, et plus particulièrement dans le secteur desservi par le CH Lachine, d’après les propres études commandées par le CSSS de Dorval-Lachine-LaSalle?

« Par ailleurs, lorsqu’on connaît l’importance primordiale du facteur temps pour sauver des vies ou limiter les séquelles à la suite d’un traumatisme, cette donnée mérite à elle seule le maintien au CH Lachine d’un accès aux ambulances, d’un service d’urgence conséquent, de salles d’opération, d’unités de soins intensifs et de lits d’hospitalisation », indique le mémoire déposé par la FTQ.

Le dernier centre francophone de l’ouest de l’île de Montréal

« Faut-il rappeler que le CH Lachine est le dernier centre hospitalier francophone de l’ouest de l’île de Montréal, qui accueille par ailleurs un nombre important d’usagers anglophones et allophones.

« Nous espérons que le rare consensus de pratiquement tous les acteurs du milieu en faveur du maintien de et de la bonification de la vocation du CH Lachine sera entendu et pris en compte », a conclu Pierre Laliberté.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.

Consulter le mémoire de la FTQ

-30-

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière, 514 893-7809