La discrimination persiste, la ministre du Travail se tait

Montréal, le 10 avril 2011 – « Il a fallu cent ans pour effacer les discriminations les plus criantes entre les hommes et les femmes, mais qu’attend-on pour abroger celles qui restent? ». C’est en citant cet extrait du livre Ainsi soit-elle de Benoîte Groult, que Valérie Lavigne, porte-parole de la Coalition « la CSST pour les travailleuses et travailleurs domestiques », a ouvert la conférence de presse que la Coalition tenait aujourd’hui.

En effet, la Coalition, qui lutte avec ses alliés depuis maintenant plus de six ans pour que l’exclusion des travailleuses domestiques de la couverture automatique par la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles soit abrogée, est des plus troublées par le mutisme de la ministre du Travail.

C’est pourquoi la Coalition « la CSST pour les travailleuses et travailleurs domestiques » accompagnée par des représentantes de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), a tenu une conférence de presse aujourd’hui.

On se rappellera qu’en réponse à un avis de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), dans lequel cette exclusion était jugée triplement discriminatoire, le gouvernement avait déposé le 4 juin 2010 le projet de loi n° 110. Ce projet de loi fut alors vertement dénoncé, entre autres par la Coalition, mais également par la CDPDJ dans un second avis.

À l’automne 2010, la nouvelle ministre du Travail, Lise Thériault, s’était engagée à revoir le projet de loi afin qu’il ne soit plus discriminatoire. Elle avait même indiqué publiquement avoir mandaté la CSST pour travailler avec la CDPDJ et le Conseil du statut de la femme afin de trouver des amendements pour éliminer la discrimination et avait donné un échéancier pour l’achèvement de ces travaux, soit à la mi-février 2011. Cette prise de position de la ministre avait rassuré la Coalition.

Aujourd’hui, non seulement la Coalition s’inquiète du silence persistant de la ministre, mais elle est alarmée par le fait qu’un des organismes participant aux travaux visant à présenter un projet de loi non discriminatoire, le Conseil du statut de la femme, se soit dit récemment inquiet du sort réservé aux travailleuses domestiques dans ce dossier.

La Coalition demande donc à la ministre du Travail d’agir rapidement et de déposer un projet de loi afin que les travailleuses domestiques soient couvertes automatiquement par la CSST comme toutes les travailleuses et travailleurs au Québec.

La Coalition est d’avis qu’il est plus que temps que ce gouvernement cesse d’abdiquer son rôle de législateur aux mains de la CSST, qui utilise depuis fort longtemps des moyens dilatoires à la demande du patronat afin de faire échouer cette réforme, et qu’il indique clairement et publiquement sa position pour que cesse cette injustice envers les travailleuses domestiques.

▪ La Coalition « la CSST pour les travailleuses et travailleurs domestiques » est formée de l’Association des aides familiales du Québec (AAFQ), l’Association des femmes philippines du Québec (PINAY), le Centre des travailleurs immigrants (CTI) et l’Union des travailleurs et travailleuses accidenté-e-s de Montréal (uttam)

-30-