Justice rendue aux mères brimées de leurs pleines prestations de maternité

Montréal, jeudi 26 septembre 2002 – Les organisations impliquées dans le dossier des mères brimées de leurs pleines prestations de maternité et parentales, la CSQ, la FTQ et le Mouvement autonome et solidaire des sans-emplois saluent l’annonce fédérale ce matin de la mise en place de mesures, sous la forme d’un projet pilote, pour corriger l’injustice vécue par ces femmes. Le caractère immédiat de cette annonce rejoint la préoccupation d’urgence que les organisations avaient soulevée à la ministre du Développement des ressources humaines Canada, Mme Jane Stewart.

Ce projet pilote de l’assurance-emploi devrait permettre à certaines mères privées de leurs pleines prestations de maternité et parentales de choisir entre recevoir des prestations d’assurance-emploi partielles pendant qu’elles reçoivent des indemnités de retrait préventif ou avoir droit à une plus longue période de congé de maternité et parental.

« L’adoption de cette mesure vient confirmer que ça valait la peine de mener cette bataille contre une faille dans la loi hautement préjudiciable à de jeunes mères qui, le plus souvent, ne pouvaient accompagner leur enfant dans ses premiers mois de vie parce que forcées à retourner prématurément au travail », ont estimé Denis Poudrier, coordonnateur du Mouvement autonome et solidaire des sans-emplois, René Roy, secrétaire général de la FTQ et Jocelyne Wheelhouse, première vice-présidente de la CSQ.

Rappelons que c’est lors d’une conférence de presse tenue le 27 février dernier que les trois organisations avaient interpellé la Ministre Stewart sur les conséquences d’une faille discriminatoire majeure dans la Loi sur l’assurance-emploi. En effet, à cause de cette faille, une Québécoise enceinte pouvait devoir choisir entre un retrait préventif ou avoir un plein congé parental. Les organisations ont notamment fait valoir qu’aucune femme ne devrait être forcée de mettre en péril sa propre santé ou celle de l’enfant à naître en raison de ratés dans la Loi sur l’assurance-emploi d’autant, avaient soulevé les organisations, que la Charte canadienne des droits prévoit que toute loi s’applique à tous indépendamment de toute discrimination.

Mme Wheelhouse et MM. Poudrier et Roy tiennent à souligner et à féliciter les femmes qui ont mené cette bataille. « C’est grâce à leur courage et à leur profonde détermination, sachant même qu’elles ne profiteraient pas pendant leur grossesse des éventuelles retombées positives de leurs démarches, que d’autres femmes québécoises pourront vivre la leur plus aisément », ont conclu les porte-parole.

Source

  • CSQ, FTQ, Mouvement autonome et solidaire des sans-emplois

Renseignements

  • Marc Bellemare, FTQ (819) 571-2145