Irak: Le mouvement syndical international aide les travailleurs irakiens à reconstruire leurs syndicats

Montréal, le 8 juin 2003 – La FTQ rend publique aujourd’hui à Montréal une déclaration sur l’Irak émise par la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) à Bruxelles. La CISL, la grande centrale syndicale mondiale, regroupe 158 millions de membres dans 150 pays. Le président de la FTQ, M. Henri Massé, est membre de son conseil exécutif.

Déclaration de la CISL

« La CISL est en train de mettre au point un programme et de mobiliser des ressources pour soutenir les travailleurs irakiens afin qu’ils reconstruisent leurs syndicats. L’expertise du mouvement syndical dans plusieurs pays sera mise à contribution. Des discussions avec des dirigeants syndicaux de toutes les régions du monde, et en particulier des pays arabes, sont en cours à cette fin. Une mission syndicale internationale se rendra bientôt en Irak pour évaluer la situation et programmer les activités futures.

« Assurer le respect des droits des travailleurs, et notamment de la liberté syndicale, est un objectif central dans la reconstruction de l’Irak. La démocratie a besoin d’élections libres mais aussi de syndicats libres. Ceux-ci contribuent à assurer cette démocratie et à la protéger, tout en étant eux-mêmes des écoles de démocratie. Les syndicats libres constituent un pilier irremplaçable de la société civile.

« L’Organisation internationale du travail (OIT), un organisme des Nations unies, est appelée à jouer un rôle essentiel dans l’aide à la reconstruction économique, la création d’emplois décents et le soutien au développement d’un dialogue social. Le travail d’autres institutions, telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, doit soutenir et compléter cet effort.

« Cette action de la CISL fait suite à l’adoption le 22 mai dernier, par le Conseil de sécurité de l’ONU, de la résolution 1483 sur l’Irak, qui a ouvert la porte à une aide internationale urgente pour la reconstruction du pays et l’établissement d’institutions représentatives ainsi que d’une gouvernance démocratique. Cette résolution affirme que la pleine participation des Nations unies au processus d’aide humanitaire et de reconstruction est essentielle afin qu’on puisse établir, dans les plus brefs délais possibles, des structures démocratiques et que le peuple irakien exerce le plein contrôle sur les ressources du pays et sur son avenir. »

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca