« Il y a urgence, on ne peut laisser ceux et celles qui ont bâti le Québec vivre dans la pauvreté » – Michel Arsenault, président de la FTQ

La campagne de la FTQ pour sécuriser et augmenter les revenus de retraite se déplace devant la Caisse de dépôt

Montréal, le 2 décembre 2010 – C’est en lançant des centaines de ballons rouges devant la Caisse de dépôt et placement du Québec que les congressistes ont manifesté ce midi leur volonté de voir les revenus de retraite améliorés pour tout le monde.

Le président Michel Arsenault a dénoncé les attaques multiples du patronat contre les régimes de retraite à prestations déterminées et contre les régimes publics, et annoncé que la campagne pour Une retraite à l’abri des soucis occuperait les énergies syndicales pour les prochains mois.

« Les élus ont le devoir d’améliorer les régimes publics de retraite. Actuellement trop de personnes âgées, particulièrement les femmes, vivent dans la pauvreté lorsque vient la retraite, c’est inacceptable. Il faut multiplier les pressions sur le gouvernement du Québec pour qu’il prenne position et s’engage à bonifier le Régime de rentes du Québec », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault. Rappelons que le Congrès du travail du Canada (CTC), au Canada anglais, mène une campagne similaire.

Michel Arsenault était accompagné de Jonathan Plamondon de Force Jeunesse, de Jacques Beaudoin de la Fédération des associations de retraités du Québec et de Louis Plamondon, de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées qui ont salué tour à tour la manifestation.

Afin que l’ensemble de la population du Québec ait accès à des régimes et à des revenus de retraite adéquats, la FTQ a amorcé cette campagne en octobre et bon nombre d’organismes se sont joints à la campagne, dont plusieurs organisations de personnes retraitées, des associations étudiantes, la Fédération des femmes du Québec, le Collectif pour un Québec sans pauvreté, etc. Cette campagne est menée au même moment que celle du Congrès du travail du Canada. Ainsi, l’ensemble des partis et des élus seront ainsi interpellés d’un océan à l’autre.

« Il est urgent d’agir, puisque 38 % de la population n’a, pour régime de retraite, que ceux du gouvernement fédéral et de la Régie des rentes du Québec (RRQ) », a conclu Michel Arsenault.

En fin d’avant-midi, le Congrès a adopté une déclaration de politique sur la retraite qui réclame l’amélioration substantielle des régimes publics et de meilleurs régimes complémentaires de retraite. À cet égard, la déclaration adoptée contient une douzaine de revendications.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements : Jean Laverdière 514 893-7809