« Il faut de l’argent neuf afin d’assurer l’avenir du programme. Nous avons fait un choix de société, le gouvernement du Québec doit prendre ses responsabilités » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

La hausse du taux de cotisation au Régime québécois d’assurance parentale : la FTQ est déçue et inquiète

Montréal, le 17 juin 2008 – La décision du gouvernement du Québec de hausser de 7,5 % le taux de cotisation du Régime québécois d’assurance parentale pour l’année 2009 est insuffisant pour assurer la pérennité du programme. « Le gouvernement du Québec doit faire sa part et injecter de l’argent neuf dans le programme. Les familles québécoises n’accepteront pas une diminution des avantages du programme », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

Un régime déficitaire dès 2009

Le dernier rapport actuariel sur le Régime québécois d’assurance parentale déposé à l’Assemblée nationale est clair. À compter de 2009, le manque à gagner oscillera entre 187 millions et 298 millions de dollars si le taux de cotisation ne change pas. « Depuis la création du Régime, Québec a toujours refusé de faire sa part dans le financement du programme. Il est temps que cette vision à courte vue change et que le gouvernement prenne ses responsabilités à l’endroit des familles québécoises. Il y a des limites à pelleter par en avant », a conclu René Roy.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Information Jean Laverdière 514 893-7809