Grève de Murdochville : La FTQ souligne le 60e anniversaire du déclenchement

Grève de Murdochville

Photo: Archives du syndicat des Métallos

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) tient à souligner, le 10 mars, le 60e anniversaire du déclenchement de la grève historique des travailleurs de la mine de la Gaspé Copper Mines, filiale de la compagnie Noranda. À cette époque, Noranda conteste la syndicalisation des travailleurs qui ont choisi d’être représentés par le syndicat des Métallos. Pendant la procédure d’accréditation, Noranda refuse de reconnaître le syndicat et de négocier. Elle suspend ou rétrograde les travailleurs ou abaisse leur salaire et congédie le président du syndicat, Théo Gagné. Outrés, le 10 mars 1957, les 1000 travailleurs de la mine déclenchent alors ce qui sera l’un des plus durs conflits qu’aura connus le monde syndical québécois.

«Nous avons le devoir de nous souvenir de ce conflit qui a marqué la société québécoise et le monde du travail. La grève de Murdochville aura sans aucun doute été le début de notre Révolution tranquille, celle des travailleurs et travailleuses de tout le Québec, qui, les années suivantes, n’ont cessé de lutter pour leurs droits. Ce dur conflit restera à jamais dans nos mémoires», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Ce conflit va durer sept mois, fera deux morts chez les grévistes et aura été marqué par de nombreux affrontements entre les grévistes, les briseurs de grève et les fiers-à-bras de la compagnie. Finalement, ce n’est qu’en 1965 que les Métallos obtiendront la reconnaissance syndicale. Pendant le conflit, la Noranda a pu poursuivre sa production grâce à l’embauche de près de 800 briseurs de grève. Après la grève, la Noranda va réembaucher seulement 200 des 1000 grévistes.

«Il faut se rappeler qu’à la fin des années 1950, Duplessis règne sur le Québec et s’oppose à tout ce qui peut ressembler à un syndicat ou à un mouvement progressiste et rejette toute modernisation des lois du travail. Le combat qu’ont livré les travailleurs et leurs familles aura marqué toute une génération et doit être salué», conclut le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Enfin, soulignons que les 60 ans de ce conflit seront commémorés lors d’un rassemblement communautaire le 27 mai prochain à Murdochville.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.


60 ans après la grève Murdochville: le récit personnel de Lawrence McBrearty

Pour souligner l’événement, le Syndicat des Métallos a produit la vidéo 60 ans après la grève Murdochville: le récit personnel de Lawrence McBrearty. La grève de Murdochville de 1957 fut l’un des conflits ouvriers les plus importants en Amérique du Nord. En plus d’avoir conduit à des réformes législatives qui perdurent encore aujourd’hui, l’injustice profonde et l’âpreté de la lutte ont défini la vie et l’action syndicale et politique de bien des hommes et des femmes. L’ancien directeur national des Métallos, Lawrence McBrearty, est du nombre. Il avait 14 ans en 1957. Voici son récit.