Équité salariale : Une démarche prometteuse qui doit se poursuivre

Montréal, le 19 octobre 2001 –Ce matin, les représentants de l’intersyndicale composée de la CSN, la CSQ, la FIIQ, la FTQ et du SFPQ ont rencontré le président du Conseil du trésor, Sylvain Simard, afin de s’assurer que les travaux en matière d’équité salariale se poursuivent avec le gouvernement par la voie de la négociation, et ce, malgré la proximité du délai du 21 novembre et de ses obligations à l’égard de la Commission de l’équité salariale.

Rappelons qu’à la suite d’une décision de la Commission de l’équité salariale, le gouvernement devrait lui déposer, pour le 21 novembre, le mode d’estimation des écarts salariaux qui servira à déterminer les ajustements salariaux à verser aux salariées visées par cette démarche. Il appert pour les représentants de l’intersyndicale que les travaux amorcés depuis mai ne pourront pas de toute évidence aboutir dans le délai prévu. « Nous sommes inscrits dans une démarche prometteuse. Il nous semble que toutes les parties devraient privilégier la voie de la recherche d’un règlement négocié plutôt que celle des recours juridiques comme ceux déposés par plusieurs organisations syndicales à l’encontre de la précédente décision de la commission. En outre, le Conseil du trésor peut satisfaire les exigences de la commission en lui présentant les principes qu’il entend retenir pour établir le mode d’estimation des écarts salariaux ce qui permettra de préserver la démarche intersyndicale », de soutenir les porte-parole syndicaux.

Les représentants de l’intersyndicale ont fait valoir auprès du Conseil du trésor l’importance de compléter la démarche entreprise depuis mai dernier, et ce, dans le respect des dispositions de nos lettres d’entente en équité salariale. « Maintenant que les travaux sont bien engagés, rien ne justifierait qu’une tierce partie vienne interférer dans le processus enclenché, et ce, d’autant plus que le gouvernement a choisi d’entreprendre ces pourparlers avec nous malgré une décision de la Commission de l’équité salariale qui avalisait partiellement le programme qu’il lui avait présenté », de rappeler les porte-parole syndicaux.

De plus, le ministre du Travail reconnaissait cette semaine la nécessité d’appuyer les entreprises dans leurs travaux d’équité en leur donnant des moyens et du temps pour conclure dans des délais raisonnables, soit le 30 juin 2002, des travaux de qualité. « La poursuite des travaux dans le secteur public s’inscrirait tout à fait dans la même logique. Voilà pourquoi nous demandons au Conseil du trésor de contribuer à maintenir un climat serein dans les relations de travail du secteur public québécois en faisant sienne la proposition syndicale », de poursuivre les porte-parole syndicaux.

Source

  • CSN-CSQ-FIIQ-FTQ-SFPQ

Renseignements

  • Louis Cauchy
  • lcauchy@ftq.qc.ca