Desjardins contrevient à la Loi sur l'équité salariale et devra refaire ses devoirs – Le SEPB et la FTQ crient victoire

Montréal, le 7 janvier 2004 – Le SEPB, le syndicat de la FTQ qui représente le plus grand nombre de salariées des caisses populaires Desjardins au Québec, crie victoire suite à la décision de la Commission de l’équité salariale obligeant 164 institutions de petite taille du réseau à refaire leurs devoirs.

Le directeur québécois du Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau, Serge Cadieux, a déclaré : « Pour nous, et surtout pour les milliers de travailleuses que nous représentons dans les caisses de 10 à 49 salariés, il s’agit d’une immense victoire. Nous avons toujours été convaincus que Desjardins n’avait pas déterminé les ajustements salariaux requis par la loi. Cette décision démontre hors de tout doute la justesse et la pertinence des commentaires que nous avions émis aux enquêteurs. Notre persévérance a porté ses fruits. »

La FTQ se réjouit également de cette décision. « Deux ans et demi après le dépôt des plaintes par le SEPB-FTQ, Desjardins, le plus important employeur du secteur privé au Québec, doit, à l’instar des autres entreprises, respecter les obligations que lui dicte la loi, a dit le président Henri Massé. Nous espérons que le travail sera fait conjointement avec le syndicat. Qu’il agisse en employeur respectueux et responsable! »

Le SEPB-Québec rappelle que les ajustements salariaux sont dus aux travailleuses depuis le 21 novembre 2001. La décision exige que Desjardins fasse ses devoirs avant le 8 avril prochain, les ajustements salariaux étant requis rétroactivement au 21 novembre 2001.

Le SEPB-Québec représente 5 000 membres dans les caisses populaires Desjardins.

La FTQ, la grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Carole Clément
  • cclement@ftq.qc.ca