Décès de Jacques Parizeau: la FTQ salue l’homme et son héritage intellectuel et politique

Jacques Parizeau

Jacques Parizeau lors du 6e Congrès extraordinaire de la FTQ (Les élections québécoises: pour une embellie démocratique) le 19 août 1994 à Montréal.

Montréal, le 2 juin 2015. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présente ses condoléances à Lisette Lapointe et à toute la famille Parizeau à l’occasion du décès de Jacques Parizeau survenu hier en soirée. « Nous sommes attristés par le décès de Jacques Parizeau envers qui l’ensemble de mes collègues à la FTQ avait un immense respect et une admiration sincère », indique le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Jacques Parizeau était un homme qui forçait l’admiration par sa rigueur intellectuelle, sa compétence, son honnêteté et par son infatigable engagement public en faveur des grands idéaux qu’il a défendus au cours des dernières décennies : l’épanouissement et l’affirmation du fait français, l’indépendance de la nation québécoise, le développement d’une économie nationale concurrentielle, le renforcement des capacités de l’État du Québec.

« À nos yeux, c’est une immense perte pour le Québec qui, malheureusement, a très peu d’hommes d’État de cette trempe contribuant encore au débat public. La FTQ partageait la plupart de ses analyses sur l’évolution de l’économie québécoise, les défis et les solutions parce qu’il était pragmatique, avait une grande idée du rôle de l’État dans l’économie et en faveur de la justice sociale. En tant que ministre des Finances, il avait contribué à la fondation du Fonds de solidarité FTQ en 1983 justement parce que nous partagions une vision commune des besoins de l’économie québécoise et du rôle que peuvent y jouer les syndicats de travailleurs et de travailleuses », ajoute le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

La FTQ n’a pas toujours été en accord avec l’homme politique qu’était Jacques Parizeau, mais que ce soit sur la question nationale ou sur l’idée de la social-démocratie qu’elle défend publiquement, l’héritage intellectuel et politique de Monsieur formera sans aucun doute une source d’inspiration pour les générations à venir de militants et de militantes de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.