Chapeau, les filles! La FTQ plus impliquée que jamais

Montréal, 5 mai 2003 – Pour une cinquième année consécutive, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) s’associe au concours Chapeau, les filles! en soutien aux filles et aux femmes dans des emplois traditionnellement masculins.

À titre de partenaire et de commanditaire la centrale, dont plus du tiers des 500 000 membres sont des femmes, contribue à deux prix Équité de 2 000 dollars chacun pour les volets formation professionnelle et formation technique du concours. La FTQ commandite également pour la première fois un prix Équité de 2 000 dollars pour le volet Excelle science (universitaire) du concours.

Ces contributions s’ajoutent à un montant de 5 000 dollars consenti par la FTQ pour faire connaître le concours et encourager la participation des jeunes filles et des femmes dans toutes les régions du Québec.

Mesurer le chemin parcouru

La représentante de la FTQ au concours, Johanne Vaillancourt, vice-présidente de la FTQ et conseillère syndicale chez les Teamsters depuis plus de 25 ans, a tenu à souligner la qualité des dossiers soumis par les lauréates et leur détermination à réussir dans des emplois traditionnellement masculins. « Ce concours permet de mesurer le chemin parcouru dans notre société par des filles et des femmes qui n’hésitent pas à se confronter à certains stéréotypes ou lieux communs. Ce sont des cheminements personnels courageux mais qui font avancer la cause de toutes les femmes ».

Sortir de la précarité

Les prix « Équité » de la FTQ sont accordés à des travailleuses qui ont connu des situations précaires d’emploi et qui ont décidé de se diriger ou de se réorienter vers des emplois d’avenir. « Nous voulons ainsi contribuer à freiner l’emploi précaire et à améliorer les conditions de travail des femmes tout en appuyant les démarches des femmes dans le non traditionnel », a précisé la vice-présidente de la FTQ.

Volet formation professionnelle

La lauréate, Sophie Goulet, opératrice de grue, a occupé plusieurs emplois à statut précaire avant de trouver un emploi d’apprentie grutière sur un engin de 220 tonnes à Baie-Comeau. Elle reconnaît d’emblée que « (…) Il faut travailler à s’accomplir envers et contre tous et chemin faisant, on trouvera toujours des personnes qui croiront en nous mais l’important c’est avant tout d’arriver à croire en soi ». Mentionnons que Sophie Goulet est la première femme à exercer ce métier sur la Côte-Nord, ce dont elle est très fière.

Volet formation technique

Après plusieurs années à occuper des postes à temps partiel, entrecoupés de congés de maternité, la lauréate Nancy Gosselin décide, après une absence de 4 ans, de revenir aux études en techniques policières. De son propre aveu ce n’était pas une décision facile à prendre et qui exigeait beaucoup de sacrifices. Aujourd’hui en 2e année de technique au cégep, elle envisage déjà une formation complémentaire à l’université en criminologie et en gestion des ressources humaines.

Volet Excelle Science

« J’ai le goût de pousser d’autres filles à faire ce qu’elles aiment sans s’arrêter aux préjugés sociaux défavorables », affirme pour sa part Geneviève Porlier, lauréate du prix Excelle Science et étudiante en génie des mines à l’Université Laval.

Le plus grand nombre de travailleuses syndiquées au Québec sont à la FTQ

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente au-delà d’un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes. Ainsi, la FTQ représente le plus grand nombre de travailleuses syndiquées au Québec. Elles travaillent dans la restauration, l’hôtellerie, le commerce de détail, la santé, le soutien scolaire, les communications, l’entretien ménager, les bureaux, les caisses populaires, le textile et le vêtement.

Beaucoup de ces femmes travaillent à temps partiel ou sur appel, parfois au salaire minimum ou tout près. Toutefois, un nombre grandissant d’entre elles occupent des emplois traditionnellement masculins dans les usines, l’aérospatiale, la construction, la métallurgie, les municipalités (cols bleus) ou le transport.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Cauchy
  • lcauchy@ftq.qc.ca