À peine 5 % des négociations de contrats de travail donnent lieu à des grèves ou des lock-out au Québec

Montréal, le 10 décembre 2004 — Seulement 5,5 % des contrats de travail signés en 2003 au Québec ont fait l’objet de grèves ou de lock-out et la proportion au cours des dernières années est de 5 % ou moins, révèle une étude réalisée par le Service de recherche de la FTQ à partir des données gouvernementales. « Contrairement à l’impression que peuvent parfois en donner les médias, les conflits de travail sont très peu nombreux au Québec, et ce, depuis plusieurs années », déclare le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

Par ailleurs, 80 % des conventions collectives signées en 2003 se sont conclues par la seule négociation directe entre les parties, révèle également l’étude du Service de recherche de la FTQ. Le recours à la conciliation par un tiers a eu lieu dans 17 % des cas.

Un sondage FTQ-Léger Marketing
Malgré tout, 57 % de la population québécoise surestime la proportion des contrats de travail qui donnent lieu à des grèves ou des lock-out, révèle le dernier sondage réalisé pour le compte de la FTQ par la firme Léger Marketing en octobre dernier.

En effet, seulement un peu plus du tiers des personnes sondées (37 %) évalue cette proportion correctement, soit 5 % ou moins. Plus d’une personne sur trois (37 %) l’évalue à 15 %, et une sur cinq (20 %) à 25 % ou plus.

FTQ : seulement quatre conflits
Il n’y a actuellement que quatre conflits de travail en cours impliquant des membres de la FTQ, soit au total 353 travailleurs et travailleuses qui sont en grève ou en lock-out.

Le groupe le plus nombreux est celui des 300 salariés de trois marchés d’alimentation Super C, propriété de la chaîne Métro-Richelieu, dans la région de Québec. Membres du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC-FTQ), ils sont en grève à Lévis, Beauport et Neufchâtel depuis le 30 juillet dernier.

À Québec, 37 salariés de l’Atelier La Flèche de Fer sont en grève depuis le 16 avril dernier. À Lac-aux-Sables en Mauricie, quatre syndiqués sont en lock-out depuis le 21 octobre à l’Association de chasse, pêche et villégiature Tawachiche.

Enfin, le plus long conflit perdure au Centre d’accès à l’information juridique, au Palais de Justice de Montréal, où 12 salariés sont en grève depuis le 25 février 2003, soit depuis près de deux ans.

Source

  • FTQ
  • http://ftq.qc.ca

Renseignements

  • Louis Fournier
  • lfournier@ftq.qc.ca