« À la veille d'une nouvelle campagne électorale, il va falloir que les partis politiques prennent des engagements clairs et nets en faveur des chômeurs » – René Roy secrétaire général de la FTQ

La FTQ réagit à la nouvelle hausse du taux de chômage

Montréal, le 4 septembre 2009 – Alors que le Québec accuse un taux de chômage de 9,1 %, la FTQ estime que l’immobilisme du gouvernement canadien dans le dossier de l’assurance-emploi devient proprement inacceptable.

« Il est d’autant plus inacceptable que le gouvernement conservateur refuse toujours de venir en aide aux milliers de travailleurs et de travailleuses qui ont perdu leur emploi. Encore une fois, la FTQ répète qu’il faut bonifier le programme d’assurance-emploi. À la veille du déclenchement de nouvelles élections au fédéral, il va falloir que les partis politiques prennent des engagements clairs sur la question. On pense notamment aux libéraux qui placotent beaucoup, mais qui ont manqué deux opportunités bien concrètes de faire la différence », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

Des revendications connues de tous

« Le régime actuel ne fait que créer détresse et misère, il couvre à peine plus de 50 % des chômeurs. À plusieurs reprises nous avons réclamé du gouvernement fédéral une bonification du programme d’assurance-emploi dont un prolongement de la période de prestations, un assouplissement des critères d’admissibilité, la bonification des prestations et l’abolition du délai de carence. Les travailleurs et les travailleuses qui ont perdu leur emploi ont droit à un revenu décent, le temps de retrouver leur place sur le marché du travail », a conclu René Roy.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

– 30 –

Source : FTQ
Renseignements: Jean Laverdière, 514 893-7809