40e anniversaire de l’adoption de la Charte de la langue française La FTQ, fière de rester vigilante!


La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est fière de célébrer le 40e anniversaire de la Charte de la langue française qui aura lieu ce samedi 26 août. « Nous avons raison de nous réjouir en tant que peuple et nous devons aussi être très fiers, en tant que syndicalistes, de tout le chemin parcouru en matière de revendications concernant le français, dans la société et plus particulièrement dans les milieux de travail », affirme le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Du même souffle, le président de la plus grande centrale syndicale au Québec se dit inquiet des dernières statistiques qui révèlent encore une fois le recul inquiétant du français dans plusieurs aspects de la vie au Québec et notamment au travail. Dans ce contexte, le 40e anniversaire de la Charte représente un moment privilégié pour le gouvernement d’affirmer une réelle volonté en faveur de la francisation des entreprises en rappelant plus fermement les obligations des employeurs et en valorisant l’implication des travailleurs et travailleuses dans la démarche de francisation. Cet anniversaire est également l’occasion pour le gouvernement de s’engager à consacrer les ressources financières nécessaires pour préserver et améliorer cet outil extraordinaire que nous nous sommes donné il y a maintenant 40 ans.

Au Québec, travailler en français est un droit fondamental

La FTQ profite aussi de cette occasion pour rappeler l’importance de la lutte pour la protection et la défense du français au travail. À ce chapitre, les militants et militantes de la FTQ sont à pied d’œuvre quotidiennement au sein des comités de francisation en entreprise pour favoriser le rayonnement de notre langue et informer, surveiller et sensibiliser les milieux de travail.

La francisation des travailleurs et travailleuses demeure également un cheval de bataille de la FTQ. Plusieurs syndicats affiliés offrent des cours de français dans des secteurs d’activités où un grand pourcentage des salariés et salariées sont des personnes immigrantes n’ayant pas ou peu de connaissance du français.

« Nous avons mis notre pied à terre il y a 40 ans pour que les Québécois et Québécoises puissent s’instruire, travailler et négocier dans leur langue. Aujourd’hui, la francisation des milieux de travail reste un cheval de bataille important pour permettre l’intégration des personnes immigrantes et préserver la langue française au Québec », rappelle Daniel Boyer.

Une vidéo en ligne

La centrale syndicale profite de cet anniversaire pour diffuser une vidéo relatant les grandes batailles qui ont mené à l’adoption de la Loi 101, en 1977, qui est venue consacrer le français comme langue d’enseignement, des services publics, de travail et d’affichage. Pour visionner la vidéo : http://ftq.qc.ca/videos/40e-anniversaire-de-loi-101/

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.