« 37 000 chômeurs de plus au Québec, il va falloir qu’Ottawa finisse par comprendre l’urgence d’agir dans le dossier de l’assurance-emploi » – Michel Arsenault président de la FTQ

La FTQ réagit au taux de chômage

Montréal, le 7 août 2009 – Prenant acte de la montée substantielle du nombre de chômeurs et de chômeuses au Québec en juillet, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) s’en est pris à l’immobilisme du fédéral dans ce dossier. « Le taux de chômage a monté de deux et demi pour cent depuis la dernière élection fédérale, et on attend toujours qu’Ottawa passe à l’action sur ce front », a constaté Michel Arsenault, président de la FTQ.

Par ailleurs, si la position des conservateurs est assez claire sur cette question, les libéraux cultivent l’ambiguïté. « Les libéraux auraient avantage à clarifier leur position, eux qui ont utilisé l’argent de la caisse de l’assurance-emploi pour payer la dette. Attendent-ils que la récession soit terminée avant de forcer le jeu avec le gouvernement conservateur? », se demande Michel Arsenault.

Au Québec, pas moins de 70 000 travailleurs et travailleuses ont perdu leur emploi depuis le début de la récession, et ce, dans à peu près tous les secteurs d’activité, ce qui amène le taux de chômage officiel à 9 pour cent en juillet.

La FTQ continue de réclamer des changements majeurs au régime de l’assurance-emploi afin d’améliorer l’accessibilité et le niveau des prestations d’assurance-emploi. « D’un point de vue économique, il n’y a pas de meilleure façon de stimuler l’économie en temps de récession que d’aider les chômeurs à passer à travers. Les conservateurs font preuve dans ce dossier d’un entêtement idéologique qui doit être dénoncé haut et fort », a conclu le président de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.

– 30 –
Source : FTQ
Renseignements : Louis Cauchy, 514 383-8031