L'emploi, on y travaille Sur tous les fronts

De grands pans du secteur manufacturier sont en crise, tels les secteurs du vêtement et de la forêt, et d’autres pourraient le devenir. Des travailleuses et des travailleurs perdent leur emploi et d’autres craignent que le même sort les attende. Les participantes et les participants aux Journées de réflexion sur l’emploi, organisées par la FT Q les 14 et 15 novembre dernier, ont lancé un message clair. La FT Q et l’ensemble des syndicats doivent travailler de manière autant préventive que curative pour sauver les emplois en danger et soutenir les travailleuses et les travailleurs.
Interpeller les gouvernementsOttawa et Québec prennent des décisions qui mettent en danger des emplois ou qui laissent trop de travailleuses et de travailleurs sur le carreau. C’est donc ceux-ci qu’il faut d’abord interpeller. Quand le gouvernement fédéral nous a vendu les accords de libre-échange, il a aussi dit qu’il mettrait en place des mesures de compensation et de soutien pour celles et ceux qui auraient la vie dure. Au contraire, le fédéral a coupé dans le programme de l’assurance- emploi et s’est servi de l’argent des personnes en chômage pour rembourser la dette.Les gouvernements doivent être proactifsDéjà des lois existent pour, par exemple, imposer des quotas à l’importation de certains produits. Encore faut-il que les gouvernements aient la volonté et le courage politiques de les mettre en application et même d’aller plus loin, en obligeant les entreprises à reconnaître leur responsabilité sociale envers leur main-d’oeuvre mais aussi envers les communautés et les régions où elles sont implantées. Pour mobiliser en ce sens, il faut convaincre la population et nos membres de l’importance de développer une riposte au discours dominant et il faut répondre vigoureusement aux attaques faites au mouvement syndical.

À tous les niveaux

S’impliquer dans notre secteur d’activité, dans notre région, c’est une nécessité. Là aussi, il faut convaincre nos membres, localement, de l’importance d’une action syndicale qui influe sur le politique. Les attentes sont grandes face aux syndicats et à la FTQ : un travail de soutien par l’information et la formation et un travail de coordination pour canaliser les efforts.

La formation : un incontournable

Les syndicats locaux doivent s’y mettre dès maintenant. La formation vaut mieux en faire quand ça va bien, sans attendre que le couperet des mises à pied et des licenciements collectifs ne tombe. Car à ce moment, nos moyens et nos ressources sont souvent plus limités. Il faut donc adopter une approche préventive qui réponde à divers besoins que ce soit le maintien en emploi ou la polyvalence dans l’entreprise mais aussi la mobilité vers d’autres entreprises au moment d’une mise à pied.

Ce que les personnes participantes ont dit

Il faut négocier de meilleures clauses de formation mais il faut aussi être vigilants pour s’assurer qu’on reconnaît les acquis et les compétences de nos membres expérimentés; que la formation offerte sera reconnue à l’extérieur de l’entreprise; que les modes de formation retenus intéressent nos membres comme c’est le cas pour le compagnonnage. En ce sens, les nouveaux programmes d’apprentissage en milieu de travail (PAMT) mis sur pied par les comités sectoriels de main-d’oeuvre sont des outils intéressants. Le sout ien du revenu pendant la formation est un enjeu de taille. Les employeurs sont parfois bien difficiles à convaincre. Mais il ne faut pas lâcher prise et revenir encore et encore sur les gains de productivité qu’ils peuvent en attendre. Les gouvernements aussi doivent être interpellés et la caisse du chômage devrait plus directement être mise à contribution même pour des mesures préventives.

Textes de référence:

1-La mondialisation, la Chine et nos emplois
2-Le vieillissement de la population: une catastrophe?
3-L’emploi en questions
4-Renouveler notre réflexion sur les licenciements collectifs
5-Participer aux organismes de développement de l’emploi
6-De nouveaux modes de formation pour nos membres
7-Guide de discussion

Autres textes:

Présentation du Service de la recherche de la FTQ
Présentation du Servcie de l’éducation de la FTQ
Présentation de M. Smaïl Bouikni
Une table ronde fort animée
Conférence de M. Thomas Palley
Conférence de M. Jacques Parizeau
Les comités sectoriels de main-d’oeuvre (cahier Les Affaires)