Votes d'allégeance syndicale: LES CAMPAGNES BATTENT LEUR PLEIN DANS LA NOUVELLE VILLE DE SHAWINIGAN

Le président de la FTQ, Henri Massé, alors qu’il s’adressait aux personnes présentes au Centre des Arts de Shawinigan.<i> (Photo Service de l’information SCFP)

Le président de la FTQ, Henri Massé, alors qu’il s’adressait aux personnes présentes au Centre des Arts de Shawinigan. (Photo Service de l’information SCFP)

Pas moins de sept votes d’allégeance syndicale auront lieu dans la prochaine semaine. Tout d’abord, c’est le 6 juin que dans la nouvelle ville de Trois-Rivières les cols blancs et cols bleus vont choisiront leurs nouveaux syndicats. Puis, les 10 et 11 juin, leurs collègues de la nouvelle ville de Shawinigan feront de même. Enfin, le 13 juin, les cols blancs, les cols bleus et les brigadiers scolaires de la nouvelle ville de Saguenay iront, eux aussi, aux urnes pour choisir leur unique agent négociateur. Bref, ce sera une semaine plus qu’active dans le secteur municipal.

Shawinigan
Quelque 80 employés municipaux ont participé à une soirée fraternelle au cours de laquelle ils ont pu rencontrer le président de la FTQ, Henri Massé, qui s’était déplacé pour l’occasion. Dans allocution, Henri Massé a rappelé aux personnes présentes que la FTQ est « l’organisation la plus influente au Québec » parce qu’elle est forte de 500 000 membres et de 30 000 militants et militantes. Il a aussi souligné, « sans rien enlever aux autres » que les employés de Shawinigan ont tout intérêt à joindre le SCFP qui possède une expertise unique dans le secteur municipal.

La soirée s’est poursuivie avec d’autres orateurs. Tour à tour Sylvie Jones, Guy Gohier et René Fréchette se sont adressés à la foule. Sylvie Jones, du Service de l’évaluation des emplois, a bien exposé comment le SCFP soutient et accompagne les membres dans ces dossiers souvent complexes. Elle a souligné la longue tradition du SCFP en évaluation des emplois (plus de 35 ans), spécialité devenue en quelque sorte sa marque de commerce. Pour sa part, Guy Gohier en a étonné plus d’un par sa connaissance approfondie des dossiers des brigadiers scolaires. Il a rappelé tout le travail d’étude et de prévention qui a été fait et qui continue d’être fait pour les brigadiers, non sans faire remarquer que le SCFP représente plus de 90 % des brigadiers scolaires au Québec. Enfin, René Fréchette, coordonnateur de l’ensemble du secteur municipal, a exposé l’ensemble des dossiers qui retiennent l’attention des syndicats du secteur municipal, caisse de retraite, assurances collectives, effet de la mondialisation sur les emplois, etc.