Vidéotron : signature de la convention collective - RETOUR AU TRAVAIL À COMPTER DU 5 MAI

Un point de presse improvisé a suivi la cérémonie de signature officielle. De gauche à droite, Serge Reynauld (vice-président resssources humaines Vidéotron), Michel Parenteau (conseiller SCFP), Yves Lalonde (président 2815), Denis Plante (conseiller SCFP) et Gilles Dubé (président 1417).

Un point de presse improvisé a suivi la cérémonie de signature officielle. De gauche à droite, Serge Reynauld (vice-président resssources humaines Vidéotron), Michel Parenteau (conseiller SCFP), Yves Lalonde (président 2815), Denis Plante (conseiller SCFP) et Gilles Dubé (président 1417).

Montréal, le mardi 29 avril 2003 – Les nouvelles conventions collectives des employés de Vidéotron ont finalement été signées cet après-midi, à Montréal, pour les syndiqués de l’ouest du Québec (SCFP 2815) et ceux de l’est (SCFP 1417). Plus de la moitié des employés rentrerons au travail lundi prochain, 5 mai. Pour les autres, le retour au travail se fera progressivement, au fur et à mesure de la disponibilité des installations et des équipements. Les employés reprendront le travail pratiquement un an, jour pour jour, après le déclenchement du conflit.

Cette signature vient mettre un point final au conflit de travail le plus marquant des dernières années au Québec. Le 21 mars dernier, une entente de principe était conclue après un lock-out de près de 11 mois. Grâce à cette entente, les syndiqués de Vidéotron ont empêché le démantèlement de l’entreprise, fait annuler le contrat de sous-traitance qui avait vendu les techniciens à Alentron, et évité le déménagement du centre d’appel à Saint-Hubert. Il faut souligner que tout a été obtenu sans donner lieu à une seule mise à pied. Au total, pour les deux régions, 268 postes ont été abolis, mais le tout s’est effectué sans mise à pied. Plusieurs ont profité du programme de départ volontaire qui prévoyait jusqu’à 18 mois de salaire en indemnités, tandis que d’autres ont simplement été mutés ailleurs dans l’entreprise. Malgré certaines concessions, notamment au chapitre des heures travaillées, les syndiqués de Vidéotron sont parvenus à préserver une des meilleures convention collective dans leur secteur d’activité.

«Nous retournons au travail la tête haute. Nous avons la certitude d’avoir obtenu la meilleure convention possible pour nos membres. En fait, nous avons réussi à faire reculer Quebecor sur tous les enjeux majeurs. Il y a un an, personne ne croyait qu’on serait capables de faire plier l’empire. Aujourd’hui, nous pouvons être fiers de notre lutte et des résultats obtenus grâce à l’impressionnante mobilisation de nos membres et de l’ensemble du mouvement syndical», de conclure Yves Lalonde, président de la section locale 2815 du SCFP.

Comptant 7000 membres dans les communications au Québec, le SCFP est présent dans plusieurs autres secteurs, notamment la santé et les services sociaux, l’éducation, les transports urbain et aérien, les sociétés d’État et organismes publics québécois, l’hydroélectricité et les municipalités. Avec près de 100 000 membres, le SCFP est le plus important affilié de la FTQ.