Vidéotron - Relations du travail : non au retour en arrière!

Voilà à peine 18 mois, la qualité des relations du travail chez Vidéotron était citée en exemple dans les chaires de relations industrielles. Voilà à peine 18 mois, les griefs étaient tombés à leur niveau le plus bas des 25 dernières années grâce à une volonté mutuelle de déjudiciariser le règlement des litiges. C’était il y a 18 mois, avant Quebecor.

Intransigeance et briseurs de grève

Dès l’arrivée de Quebecor à Vidéotron, la direction a mis la hache dans les initiatives de partenariat avec les employés. Des dizaines de projets et de recommandations d’amélioration de performance, préparés avec la complicité des employés, ont pris le chemin des oubliettes. Le département des ressources humaines (50 personnes) a été pratiquement réduit à néant. Quebecor a choisi la manière forte avant même le début officiel de la négociation, notamment en publiant des annonces pour l’embauche de briseurs de grève.

Tous les affiliés de la FTQ sont concernés

Nous avons choisi collectivement, au Québec, de bannir l’utilisation des briseurs de grève dans les conflits de travail. Ce fragile équilibre est aujourd’hui menacé par un employeur intransigeant. En se drapant du voile de la légalité, parce que Vidéotron est de juridiction fédérale, Quebecor méprise ouvertement ce consensus de la société québécoise qui condamne l’utilisation de « scabs ».

Tous les affiliés de la FTQ doivent se mobiliser, au-delà des pressions politiques, pour que le fédéral adopte une législation anti-briseurs de grève, afin de rappeler à l’ordre les citoyens corporatifs comme Quebecor. Soyons clairs! Qu’elle soit légale au fédéral, l’embauche de briseurs de grève n’en est pas moins illégitime, immorale et génératrice de violence! Un scab est un scab!

L’attitude de Quebecor dans ce conflit menace, à court et moyen terme, la relative sérénité des relations du travail dans nos secteurs respectifs. Nous avons donc la responsabilité, envers nos membres et envers celles et ceux qui ont œuvré à pacifier les relations du travail depuis plus de 30 ans, de stopper le virus de l’intransigeance et de la violence incarnées aujourd’hui par Quebecor.

Ce dossier est hautement important parce que si Quebecor réussit, de nombreux autres employeurs pourraient lui emboîter le pas.

Soutenez les employés de Vidéotron.
Faites parvenir votre
LETTRE D’APPUI AUJOURD’HUI