Vidéotron- La mobilisation prend de l'ampleur

Récemment, les dirigeants et dirigeantes de la FTQ ont tenu une réunion spéciale pour bien marquer l’engagement de tous les affiliés dans la lutte des travailleurs et travailleuses de vidéotron contre un employeur qui méprise ouvertement ce consensus de la société québécoise qui condamne l’utilisation de briseurs
de grève.

Cette aide a rapidement pris plusieurs formes. Ainsi, le Syndicat des Métallos prête 2 millions de dollars sans intérêt aux sections locales 1417 et 2815 du SCFP.

Quebecor misait sur une démobilisation de ses employés durant l’été pour tenter encore de leur imposer des reculs majeurs. Les syndiqués ont rejeté les «offres» patronales presque unanimement. Ils ont ainsi montré leur détermination à poursuivre la lutte contre le démantèlement de l’entreprise.

« Les enjeux de ce conflit dépassent largement les employés de Vidéotron et interpellent directement l’ensemble de nos affiliés qui appréhendent à juste titre le retour à des attitudes patronales intransigeantes, anti-syndicales, destructrices d’un climat de relations du travail que nous avons contribué à assainir », explique Henri Massé, président de la FTQ, dans un document diffusé largement chez les affiliés.

Un rappel des enjeux

  • Les 2 200 employés de Vidéotron sont en grève depuis le 8 mai dernier. Ils s’opposent à la volonté de la multinationale Quebecor de démanteler Vidéotron ;

  • Quebecor a vendu 650 techniciens de Vidéotron au sous-traitant Alentron, filiale d’Entourage (un technicien de 13 ans de service y perdrait annuellement 21 465 $ et un répartiteur 15 184 $);
  • Vidéotron exige des concessions totalisant entre 30 et 40 millions de dollars, soit plus du tiers de la masse salariale;
  • Vidéotron vend son centre d’appels montréalais (accessible par les transports en commun) pour transférer ces activités dans le parc industriel de Saint-Hubert (pas de transport en commun ni stationnement). Cette mesure affecte directement plus de 750 personnes;
  • Vidéotron exige pas moins de 232 modifications à la convention collective;
  • Vidéotron veut recourir davantage à la sous-traitance (30 % dans tous les secteurs de l’entreprise);
  • Ces mesures combinées entraîneraient la disparition de plus de la moitié des 2 200 emplois à Vidéotron.
  • Comment aider ?
    Nous vous invitons à faire parvenir des lettres d’appui aux travailleurs et travailleuses de Vidéotron. Une lettre type est disponible aux bureaux de la FTQ et sur www.ftq.qc.ca. Faire parvenir ces lettres d’appui d’ici la fin septembre à :

    Campagne Vidéotron – FTQ
    545, boul. Crémazie Est, 17e étage
    Montréal (Québec)
    H2M 2V1



    Pour mieux suivre ce dossier :

    Syndicat des employé(es) de Vidéotron ltée
    www.sevl2815.com » target= »_blank »>www.sevl2815.com

    Site Web des employés de Vidéotron
    videotron.employes.ca » target= »_blank »>videotron.employes.ca

    Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)
    scfp.qc.ca » target= »_blank »>scfp.qc.ca