VIDÉOTRON, Ça nous appartient aussi!

C’est toute la FTQ qui met désormais son poids, celui de ses syndicats affiliés, pour appuyer le SCFP et empêcher le démantèlement de Vidéotron par l’empire Quebecor et ramener l’employeur à la table de négociation. C’est là le sens des discussions qu’ont tenues les dirigeants des affiliés de la FTQ à l’occasion d’une réunion spéciale des dirigeants de la FTQ sur le conflit à Vidéotron tenue le 26 août dernier. Il en est ressorti la nécessité d’un plan d’action solidaire que vont coordonner conjointement la FTQ et le SCFP.

« Les enjeux de ce conflit dépassent largement les employés de Vidéotron et interpellent directement l’ensemble de nos affiliés qui appréhendent à juste titre le retour à des attitudes patronales intransigeantes, antisyndicales, destructrices d’un climat de relations du travail que nous avons contribué à assainir ces dernières années », estime Henri Massé, président de la FTQ.

Les enjeux

  • Les 2 200 employés de Vidéotron sont en grève depuis le 8 mai dernier. Ils s’opposent à la volonté de la multinationale Quebecor de démanteler Vidéotron, chef de file québécois en câblodistribution et en Internet haute vitesse;
  • Quebecor a vendu 650 techniciens de Vidéotron au sous-traitant Alentron, filiale d’Entourage (un technicien de 13 ans de service y perdrait annuellement 21 465 $ et un répartiteur 15 184 $);
  • Vidéotron exige des concessions totalisant entre 30 et 40 millions de dollars, soit plus du tiers de la masse salariale (à la fin août 2002, ce sont toujours les mêmes demandes patronales qu’en décembre 2001);
  • Vidéotron vend son édifice montréalais abritant son centre d’appels (très accessible par les transports en commun et train de banlieue) pour transférer ces activités dans le parc industriel de Saint-Hubert (pas de transport en commun ni stationnement). Cette mesure affecte directement plus de 750 personnes travaillant sur des horaires répartis sur 7 jours, 24 h/24 h;
  • Vidéotron exige pas moins de 232 modifications aux clauses soi-disant contraignantes de la convention collective;
  • Vidéotron veut recourir davantage à la sous-traitance (30 % dans tous les secteurs de l’entreprise);
  • Toutes ces mesures combinées entraîneraient à terme la disparition de plus de la moitié des 2 200 emplois à Vidéotron.
  • QUEBECOR VEUT DÉMOLIR
    UN DES JOYAUX DE L’ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE!

    Soutenez les employés de Vidéotron.
    Faites parvenir votre
    LETTRE D’APPUI AUJOURD’HUI