Victoire pour les 45 000 travailleurs et travailleuses de l’alimentation qui pourront célébrer Noël en famille

Photo de la conférence de presse

Le 9 octobre 2008 – C’est avec une grande fierté que le président de la FTQ, Michel Arsenault, et le directeur québécois du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), Louis Bolduc, ont annoncé conjointement avec le ministre responsable du dossier du développement économique, Raymond Bachand, et les grands de l’alimentation (Provigo-Loblaw, Métro, IGA-Sobeys), la conclusion d’une entente concernant la fermeture des épiceries lors de cinq congés fériés et demi par année.

Actuellement, les travailleurs et travailleuses du secteur de l’alimentation ont dix jours de congés fériés par année. Cependant, les grands magasins ne sont pas obligés de fermer leurs portes pendant ces journées.

Les TUAC, qui réclamaient depuis longtemps la fermeture des grands magasins lors de certains congés fériés, ont finalement obtenu qu’ils soient fermés cinq jours et demi sur les dix. Ainsi, le jour de Noël, le 26 décembre jusqu’à 13 heures, le jour de l’An, le dimanche de Pâques, le 24 juin et à la fête du Travail ils seront fermés. Seuls les commerces d’une surface de moins de 4 000 pieds carrés pourront ouvrir leurs portes.

« À la FTQ, la conciliation travail-famille a toujours été importante. Il y a des gens qui n’ont pas pu passer Noël avec leur famille depuis qu’ils travaillent dans les magasins de grandes surfaces d’alimentation. Désormais, ils pourront célébrer avec leurs proches », a déclaré le président de la FTQ, Michel Arsenault.

« C’est un véritable soulagement pour nos travailleurs et travailleuses qui ont toujours eu à cœur de bien servir la clientèle. Auparavant, c’était difficile pour un propriétaire de prendre la décision de fermer son IGA ou son Métro lors de fêtes importantes. Comme son voisin d’en face demeurait ouvert, ce dernier ne voulait pas perdre sa clientèle. Désormais, tous sont sur un même pied d’égalité. Ils devront fermer les jours fériés convenus et les dépanneurs pourront prendre la relève », a conclu le directeur québécois des TUAC, Louis Bolduc.

-30-