Une réponse collective à la défense d’une vision de société en appui aux femmes et aux familles au Québec

La Coalition en conciliation famille-travail-études, dont fait partie la FTQ, souhaite faire connaître sa vision de la société québécoise qui prend en compte les besoins des femmes et des familles, et ce, tout en maintenant les acquis sociaux obtenus de haute lutte. Nous voulons ainsi offrir une autre option pour la société québécoise allant à l’encontre de celle défendue depuis quelques mois par le gouvernement du Québec.

Voici les valeurs et les principes sur lesquels nous nous appuyons :

  1. Nous défendons l’égalité entre les femmes et les hommes de même que la politique gouvernementale Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait par la poursuite de toutes les mesures et programmes sociaux mis en place puisque cette égalité n’est toujours pas atteinte.
  2. Nous croyons que les femmes doivent avoir des conditions de vie et de travail facilitant leur présence et leur maintien sur le marché du travail pour assurer leur autonomie financière, tout en poursuivant la lutte contre les nombreux obstacles limitant le droit au travail des femmes.
  3. Nous pensons qu’il est essentiel de prendre en compte toute la diversité des familles au Québec, ce qui veut dire de considérer les besoins différents et spécifiques des parents tant sur le plan familial, personnel que professionnel, et ce, particulièrement ceux des femmes.
  4. Nous sommes fermement contre la division sexuelle du travail tant sur le plan de l’emploi que sur le partage des tâches entre les femmes et les hommes, tout en prônant la reconnaissance du travail invisible des femmes dans notre société.
  5. Nous nous opposons à une réponse individualiste aux problèmes rencontrés en matière de conciliation des responsabilités familiales et sociales où chaque personne est laissée à elle-même pour y faire face.

Reconnaissant que les femmes assument encore la plus grande part des tâches reliées aux soins et à l’éducation des enfants, au soutien et à l’accompagnement des proches en difficulté et qu’elles devront supporter les impacts des coupes de services en santé et en éducation, nous EXIGEONS :

  • une réponse collective qui garantit l’intégralité et le maintien des programmes et services publics permettant :
    • l’accès aux services de santé et de services sociaux;
    • l’accès aux services en éducation.

    Parce que le Québec a besoin de la force de travail des femmes, que les familles ont besoin de ces revenus de travail et les femmes de leur autonomie financière, nous EXIGEONS :

    • la pérennité, l’universalité et le développement des services de garde publics;
    • l’intégralité du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP);
    • le maintien du programme Pour une maternité sans danger;
    • une loi-cadre favorisant des mesures de conciliation famille-travail-études et des améliorations aux lois du travail au bénéfice de toutes et de tous.

    De plus, nous insistons particulièrement sur l’importance, avant toute prise de décision sur l’avenir des mesures et programmes sociaux, d’analyser les enjeux, impacts et conséquences de ces décisions sur le quotidien de la vie des femmes et des familles québécoises.

    La Coalition en conciliation famille-travail-études représente près de deux millions de femmes et d’hommes au Québec. Elle est une coalition composée de toutes les organisations syndicales québécoises de même que des organismes féministes, communautaires et populaires oeuvrant pour l’amélioration des conditions de travail et de vie des travailleuses et travailleurs, des parents et des proches aidantes.

    Groupes signataires : Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFEAS), Au bas de l’échelle, Carrefour d’aide aux non-syndiqué-es, Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Chaire Claire-Bonenfant – Femmes, Savoirs et Sociétés, Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération autonome de l’enseignement (FAE), Fédération des Associations de Familles Monoparentales et Recomposées du Québec (FAFMRQ), Fédération des femmes du Québec (FFQ), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF), Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ), Regroupement Naissance-Renaissance, Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec, Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), et Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).