Une réflexion collective sur le rôle stratégique des syndicats

Le 7 octobre, Journée mondiale pour le travail décent

Montréal, le 4 octobre 2013. – À l’occasion de la Journée mondiale pour le travail décent, le 7 octobre, l’Alliance sociale propose une journée de discussions et de réflexions. Sous forme de tables rondes, sept spécialistes discuteront du rôle des syndicats afin de faire en sorte que les travailleuses et travailleurs puissent occuper un travail dans des conditions décentes. Cet événement sera transmis en direct en webdiffusion et sera disponible en différé sur les sites des organisations syndicales qui constituent l’Alliance.

Ces échanges se tiendront à Québec devant plus d’une centaine de participantes et participants. La journée se terminera par un débat réunissant deux analystes aux points de vue opposés sur la question, soit M. Youri Chassin, économiste à l’Institut économique de Montréal (IEDM) et M. Pierre-Antoine Harvey, économiste à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

Les conférencières et conférenciers sont : Martine D’Amours, professeure de relations industrielles, Université Laval, Dalia G.-Fecteau, professeure de droit du travail, UQAM, Jill Hanley, professeure en travail social, Université McGill, Paul-André Lapointe, professeur en relations industrielles, Université Laval, Marc Lavoie, professeur au département d’économie, Université d’Ottawa, Éric Pineault, professeur de sociologie, UQAM, Louis-Philippe Savoie, recherchiste et ancien président, FEUQ. Ils sont pour la plupart disponibles pour des entrevues. Des travailleuses et travailleurs à statut précaire (aides familiales, travailleuses et travailleurs migrants, etc.) seront aussi sur place pour livrer des témoignages.

Seront présents, sauf exception, les présidentes et présidents des organisations membres :
Carolle Dubé, présidente de l’APTS, François Vaudreuil, président de la CSD, Jacques Létourneau, président de la CSN, Louise Chabot, présidente de la CSQ, Éliane Laberge, présidente de la FECQ, Daniel Boyer, secrétaire général de la FTQ, Lucie Martineau, présidente générale du SFPQ, Manon Therrien, deuxième vice-présidente du SPGQ.

Les représentantes et représentants des médias sont invités à assister aux conférences, et particulièrement au débat de fin de journée qui devrait être particulièrement animé.

Où : Hôtel Delta, 690, boulevard René Levesque Est
Québec (Québec) G1R 5A8
Salle de bal

Quand : de 9 h à 17 h
En webdiffusion : en direct le 7 octobre 2013 à 9 heures

Contrairement au discours du néolibéralisme omniprésent sur la place publique, de nombreuses études démontrent que le déclin relatif des syndicats est une cause importante de la croissance des inégalités économiques. La réduction de la présence syndicale depuis 30 ans expliquerait jusqu’à 15 % de la croissance des inégalités au Canada, alors que ce serait de 20 à 30 % aux États-Unis où le déclin syndical est encore plus dramatique. Si les opposants aux syndicats veulent les accuser de défendre les privilèges de leurs membres, ceux-ci ripostent qu’ils défendent plutôt le droit pour toutes et tous, notamment les travailleuses et travailleurs précaires qui n’ont pas accès à la syndicalisation, de profiter pleinement de conditions de travail et de vie décentes!

L’Alliance sociale profitera de l’occasion pour présenter publiquement sa nouvelle brochure : Pourquoi la syndicalisation? Justice, équilibre, partage (2013). Elle est distribuée au sein de chacune des organisations membres de l’Alliance.

La Journée pour le travail décent dans le monde

Depuis le lancement de la Journée mondiale pour le travail décent (JMTD), des dizaines de millions de personnes ont entrepris des actions, le 7 octobre, pour défendre les droits syndicaux et le travail décent. Étant donné que les gouvernements ne veulent ou ne peuvent toujours pas limiter la position dominante de la finance mondiale et des multinationales sur la vie des citoyens, la seule manière de remettre l’économie sur les rails, et de veiller à ce qu’elle serve les intérêts de la majorité plutôt que d’une minorité, est de renforcer le pouvoir des travailleuses et des travailleurs. La Confédération syndicale internationale (CSI) encourage toutes les organisations à mobiliser le plus grand nombre possible de personnes durant cette journée.

Le travail décent

Qu’est-ce qu’un travail décent ? Selon la CSI, il s’agit d’un emploi qui permet à toute personne de mener une vie digne répondant à ses besoins essentiels.

Profil

L’Alliance sociale représente plus d’un million de membres. Elle regroupe l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) et le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).