Une première dans l'aérospatiale au Québec : L'Office de la langue française décerne un « mérite » au comité de francisation de CMC Électronique (ex-Marconi)

De gauche à droite : Daniel Vinet, des TCA-FTQ, membre syndical du comité de francisation chez CMC Électronique (ex-Marconi) ; Daniel Guertin, président du comité de francisation, ainsi que Fernand Daoust, ex-représentant de la FTQ à l'Office de la langue française.

De gauche à droite : Daniel Vinet, des TCA-FTQ, membre syndical du comité de francisation chez CMC Électronique (ex-Marconi) ; Daniel Guertin, président du comité de francisation, ainsi que Fernand Daoust, ex-représentant de la FTQ à l'Office de la langue française.

Montréal, le 17 mars 2003 – Dans le cadre de la Semaine du français et de la francophonie, l’Office québécois de la langue française a décerné ce matin un « Mérite » au comité de francisation de la compagnie CMC Électronique (ex-Marconi) de Montréal, dont le personnel est membre d’un syndicat affilié à la FTQ, le Syndicat national de l’automobile, de l’aérospatiale et du transport (TCA).

« CMC Électronique a été la première grande entreprise du secteur de l’aérospatiale au Québec à obtenir son certificat de francisation l’année dernière, grâce en particulier au travail acharné des membres syndicaux du comité de francisation de la compagnie », déclare M. René Roy, secrétaire général de la FTQ et responsable politique du dossier de la francisation à la centrale.

CMC Électronique compte près de 700 employés dont 500 sont représentés par la section locale 2889 des TCA-FTQ, soit le personnel de bureau et celui de l’usine.

« C’est le 6 avril dernier que CMC Électronique a reçu son certificat de francisation de l’Office, après des démarches amorcées il y a plus de vingt ans, soit en 1981. Nous bénéficions maintenant enfin d’outils de travail en français », indique M. Richard Labossière, représentant syndical du personnel de bureau au sein du comité de francisation et membre de la table de concertation des TCA-FTQ dans l’aérospatiale.

« Le fait de travailler en français a un effet bénéfique sur la productivité car les employés francophones comprennent mieux les instructions et exécutent leur travail avec plus d’exactitude », dit de son côté M. Daniel Vinet, représentant des syndiqués de l’usine au sein du comité de francisation et membre lui aussi de la table de concertation des TCA-FTQ dans l’aérospatiale.

« La francisation au travail demeure un processus continu et les syndiqués doivent demeurer vigilants. Il faut féliciter les syndiqués de CMC Életronique d’être à l’avant-garde dans le mouvement de francisation des entreprises de l’aérospatiale au Québec », dit Luc Desnoyers, vice-président de la FTQ et directeur québécois des TCA.

Par ailleurs, durant cette Semaine du français, de multiples activités se déroulent dans les milieux de travail syndiqués FTQ. Afin d’aider ses syndicats dans la réalisation de leurs projets, le Service de la francisation de la FTQ a distribué toute une panoplie de matériel informatif : dépliants, affichettes, épinglettes, jeux linguistiques, etc.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.