Un objectif rassembleur

Pour revenir au Québec, on peut choisir également un objectif saisissable, compréhensible et essentiel au gouvernement pour mener à bien ses visées : l’article 45 du Code. En effet, cet encadrement de la sous-traitance depuis plus de 40 ans comme rempart contre le cheap labour et la dégradation générale des conditions de travail et de vie de nos membres et de la population est important.

Il peut devenir un puissant rassembleur, un catalyseur des revendications contre les politiques d’un gouvernement pour lequel l’effritement de l’article 45 est essentiel pour la suite des choses. C’est–à-dire pour la privatisation des services, l’impartition, le démantèlement des sociétés d’État, l’affaiblissement de la fonction publique, etc.

L’éditorialiste du journal Les Affaires l’a bien compris. Dans son article du 20 septembre dernier, il écrivait qu’il était évident «que le gouvernement Charest ne pourra pas s’attaquer à la réingénierie de l’État sans sous-traitance et sans partenariat public-privé. Or, l’article 45 renferme justement la clé de la réorganisation souhaitée.»

Infliger un échec, même partiel, au gouvernement Charest dans sa volonté de s’attaquer à l’article 45 du Code du travail enverrait un signal très clair sur notre capacité de mobilisation contre la remise en question des acquis sociaux dans l’ensemble de ses politiques. Et cette lutte contre l’effritement de l’article 45, du côté syndical, est tout sauf utopique.

Avec l’étude que nous avons en main, avec des exemples concrets des conséquences tant dans le secteur public que dans le secteur privé et avec d’autres outils que nous pourrions développer rapidement, c’est le gouvernement qui serait et qui est déjà confiné d’ailleurs au rôle de tenant d’un projet sans arguments économiques ou théoriques solides. Il nous faudrait, entre autres, démolir le modèle de sous-traitance municipale importé des États-Unis qui circule actuellement dans les officines gouvernementales. D’autres exemples pourraient également être remis en perspective, comme l’échec de la sous-traitance des services de buanderies, de cafétérias, etc., dans le secteur privé comme dans le secteur public.

À lire

Un objectif rassembleur Éléments de conclusion