Un discours du trône insipide qui ne répond en rien aux besoins du Québec, en particulier quant à la réforme de l'assurance-emploi

Le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy. <br><i>Photo Serge Jongué</i> <br>

Le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.
Photo Serge Jongué

Montréal, le 5 octobre 2004 – « Le discours d’ouverture de la session à Ottawa est un discours insipide qui ne répond en rien aux besoins du Québec, en particulier dans des dossiers majeurs comme la réforme de l’assurance-emploi, les congés parentaux et le déséquilibre fiscal », déclare le secrétaire général de la FTQ, M. René Roy.

« Dans le dossier prioritaire de l’assurance-emploi, le gouvernement Martin promet un simple examen du régime sans s’engager à aucune bonification quant à l’accessibilité et aux prestations, en particulier pour les travailleurs saisonniers et les travailleurs plus âgés. Ce dossier était une priorité de la FTQ et du mouvement syndical lors des dernières élections mais les libéraux, malgré leurs promesses, n’ont rien à offrir », indique M. Roy.

« Il en va de même pour un autre dossier majeur pour le Québec, celui des congés parentaux : avant la campagne électorale, les libéraux parlaient d’une entente imminente. Or, il n’y a rien là-dessus dans le discours du trône », ajoute M. Roy.

« Le gouvernement minoritaire libéral ne semble pas avoir entendu le message d’insatisfaction profonde que les Québécois et les Québécoises lui ont envoyé lors des élections du 28 juin dernier, en particulier sur la question de l’assurance-emploi », conclut le secrétaire général de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.