Un 1er mai Pour remettre le monde à l'endroit

La Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, le 1er mai, a été soulignée sur le thème Pour remettre le monde à l’endroit. Au lendemain du Sommet des peuples des Amériques, le mouvement syndical et les groupes communautaires ont voulu réaffirmer leur volonté et leur détermination à bâtir solidairement un monde basé sur les valeurs de justice, d’égalité, de démocratie et de dignité. Ils ont dénoncé la mondialisation économique qui accentue le chômage, la pauvreté et l’exclusion, et qui effrite aussi nos politiques et nos acquis sociaux.

À Montréal, plus de 3 000 personnes ont pris part à la traditionnelle marche entre la parc Lafontaine et le Complexe Guy-Favreau. Suzanne Amiot et René Roy, vice-présidente et secrétaire général de la FTQ, ont marché en tête du cortège, suivis des grévistes de l’usine Camco de Montréal, membres de la section locale 501 et 504 du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP).