Tournée pré-congrès des dirigeants de la FTQ: Prendre le pouls dans chaque région

Un congrès de la FTQ est l’occasion de rassembler des militantes et des militants de toutes les régions, de tous les secteurs d’activité, pour définir les grandes orientations de notre centrale, les actions à entreprendre dans l’intérêt des membres.

Une tournée pré-congrès dans les régions permet de présenter la thématique, les grands enjeux et énoncés de politique qui seront abordés cette semaine.

En même temps, nos dirigeants profitent de cette tournée pour prendre le pouls sur le terrain, mesurer l’ampleur des problèmes et des défis auxquels sont confrontés nos membres, mais aussi des communautés locales et régionales entières.

On ne compte plus les nombreux sujets de préoccupation soulevés par les quelque 700 militantes et militants rencontrés par les dirigeants de la FTQ dans douze régions du Québec, du 19 septembre au 6 novembre.

On a échangé sur la deuxième et troisième transformation de l’aluminium au Saguenay – Lac-Saint-Jean, les fermetures de mines sur la Côte-Nord, en passant par les mises à pied et la réduction des quarts de travail dans les scieries, ou encore les mises à pied appréhendées ou effectives dans l’automobile et l’aéronautique, etc…

« C’est un exercice qui permet de se dire des choses, d’aborder des sujets qu’on n’a pas toujours le temps de traiter en profondeur en congrès ou dans des assemblées plus formelles. On peut échanger dans un cadre plus convivial, sans règles de procédure, les gens s’ouvrent davantage sur les problèmes spécifiques à leur communauté. C’est très enrichissant, au plan syndical bien sûr, mais aussi au plan personnel », a souligné le président Henri Massé à l’issue de cette tournée de deux mois.

« Il faut se le dire, cette tournée, c’est aussi un banc d’essai pour mieux juger des vrais enjeux dans notre
préparation du congrès et des débats qu’on va y tenir . Cela contribue à mieux alimenter nos dossiers; parce que les vrais spécialistes, ce sont les personnes qui militent sur le terrain, en région. D’ailleurs, des militantes et
des militants nous ont confié que cela les aidait à mieux préparer leurs interventions en vue du congrès. Bref, c’est une expérience qu’il vaudra la peine de répéter », a estimé, pour sa part, le secrétaire général, René Roy.