Survie de CKAC : Les Québécois réclament l'intervention d'Ottawa

Henri Massé et Jules Bordeleau lors de la conférence de presse à laquelle participait aussi Robert Fortin, du syndicat des employés, et Alain Gravel, président de la FPJQ. <br> <br>©Photo André Périard <br> <br> <br> http://www.sauvonsckac.com

Henri Massé et Jules Bordeleau lors de la conférence de presse à laquelle participait aussi Robert Fortin, du syndicat des employés, et Alain Gravel, président de la FPJQ.

©Photo André Périard


http://www.sauvonsckac.com

Montréal, le 12 avril 2005 - Le deux tiers des Québécois souhaitent que le gouvernement fédéral demande au CRTC de revoir sa décision sur la transaction entre Astral Média et Corus Entertainment afin de garantir le maintien de la salle des nouvelles de CKAC. C’est le verdict populaire sans équivoque se dégageant d’un sondage Léger Marketing, effectué à moins de 10 jours de la décision d’Ottawa sur l’avenir de la première station privée francophone au monde.

L’étude nous apprend que les citoyens de Montréal, mais aussi ceux des autres régions du Québec, sont inquiets des conséquences découlant de la vente de CKAC, notamment en matière de diversité des sources d’information. La salle des nouvelles de CKAC est la dernière de la radio privée francophone à produire sa propre information nationale. Une préoccupation partagée par le président de la FTQ, Henri Massé, « Pour la population québécoise, il est clair que le maintien de la salle de nouvelle de CKAC est essentiel. Le gouvernement fédéral doit se démontrer sensible à cette volonté populaire et demander au CRTC de refaire ses devoirs ».

Autre donnée importante du sondage, 55% des répondants s’élèvent contre la transformation de la vocation de CKAC pour la faire passer d’une station d’information généraliste en station spécialisée en sport et santé. Le projet de Corus obtient l’appui de seulement 18% des Québécois. On peut prendre connaissance du résumé du sondage à l’adresse suivante, http://www.scfp.qc.ca/modules/documents/medias/6-050411sondageLegerCKAC.pdf

Corus et Astral font la sourde oreille

Le 10 mars dernier, dans une motion adoptée à l’unanimité, l’Assemblée nationale du Québec a reconnu le problème de la diversité des sources d’information découlant de la vente de CKAC. Les trois formations politiques représentées au parlement ont interpellé Corus et Astral pour qu’elles « bonifient leur offre de service en production de nouvelles pour la région de Montréal afin d’assurer et de maintenir la diversité des sources d’information dans la région ».

« Il est déplorable que cet appel pressant soit demeuré lettre morte, souligne Jules Bordeleau, président du syndicat des employés de CKAC (SCFP-FTQ). Corus et Astral font preuve d’une indifférence étonnante face à la volonté exprimée par nos élus québécois. Ils semblent aussi vouloir imposer une transformation de CKAC qui n’intéresse pas les auditeurs. »

Appel au Premier ministre Paul Martin

« Dans ce contexte, et compte tenu de la volonté exprimée par la population, par les élus et par une soixantaine d’organismes et de personnalités de toutes les sphères de la société civile, nous demandons au Premier ministre Paul Martin de recommander à son conseil des ministres un renvoi de la décision au CRTC », insiste Henri Massé.

Un point de vue partagé par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, « Le Premier ministre Martin et son gouvernement ont le devoir et la responsabilité d’assurer la survie de CKAC en tant que dernière source d’information indépendante de la radio privée francophone au Québec et élément à part entière de notre patrimoine culturel », conclut Alain Gravel, président de la FPJQ.