Secteurs public et parapublic : Des négos ça se prépare !

Les représentants et représentantes des syndicats FTQ du secteur public québécois avec Gilles Giguère, coordonnateur des négociations, en avant au centre.

Les représentants et représentantes des syndicats FTQ du secteur public québécois avec Gilles Giguère, coordonnateur des négociations, en avant au centre.

Le 11 décembre dernier, le comité de coordination des syndicats FTQ des secteurs public et parapublic se réunissait pour enclencher la planification de la prochaine ronde de négociations avec le gouvernement du Québec.

Formé de représentants et de représentantes du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), du Syndicat des employés-es professionnels-les et de bureau (SEPB-57), du Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-298) et de l’Union des employés-es de service (UES-800), le comité s’est penché sur la structure de la prochaine négociation, sur les modalités de communications et d’information, sur le processus de consultation et de cueillette des demandes, sur la définition des priorités et sur l’échéancier des travaux à venir.

Une vaste consultation

C’est ainsi que le printemps prochain les quelque 50 000 membres des secteurs de l’éducation et de la santé représentés par la FTQ seront appelés à réfléchir et à se prononcer sur les revendications à mettre de l’avant dès juin 2002, alors que leur convention collective viendra à échéance.

Il est déjà acquis que les dossiers des salaires, de la retraite et des droits parentaux seront traités à la table centrale, ce qui n’exclut aucunement, après entente entre les parties, que des matières discutées par le passé aux tables sectorielles soient soumises à la table centrale.

Le comité s’est par ailleurs penché sur l’intérêt de poursuivre le processus de concert avec les autres centrales syndicales et les grands syndicats du secteur public.

L’équité salariale dans le secteur public, un dossier chaud à l’automne

Rappelons qu’à l’heure actuelle, les travaux sur l’équité salariale se font en Front commun, avec la Centrale des syndicats du Québec, la Confédération des syndicats nationaux, la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec et le Syndicat de la fonction publique du Québec. Une entente intervenue avec le gouvernement du Québec le 16 novembre 2001 donne aux organisations syndicales l’opportunité de terminer cet exercice laborieux par l’établissement d’un plan d’évaluation des emplois revu et corrigé et par la conclusion des grands principes qui doivent guider la réalisation de l’équité salariale.

Le coordonnateur des négociations pour la FTQ, Gilles Giguère, a d’ailleurs tenu à signaler qu’il fallait d’ores et déjà penser à sensibiliser nos membres en vue d’une nécessaire mobilisation, pour concrétiser cet épineux dossier à notre satisfaction. Les travaux devront être complétés le 29 juin 2002 et le calcul des correctifs salariaux assurant l’équité devra être terminé au plus tard le 31 décembre 2002. Le prochain automne risque donc d’être chaud.

Le contexte des prochaines négociations sera évidemment teinté par les nombreuses fusions de commissions scolaires, la création des centres universitaires dans la santé, les regroupements d’établissements, etc. Les comités de négociation, en voie de formation, devront composer avec cette nouvelle donne.