Rencontre gais et lesbiennes

Robert Lamy, du SQEES-298.

Robert Lamy, du SQEES-298.

« La preuve de la nécessité du comité, c’est sa faiblesse, nous a confié l’un de ses membres, Robert Lamy, du SQEES-298. Ça prouve le malaise… C’est pour ça qu’un des mandats du comité, c’est d’inciter les syndicats à y déléguer des membres. Quand on est gai ou lesbienne, on ne s’affiche pas. C’est pour ça que les exécutifs des sections locales présument qu’ils n’en ont pas. Le comité veut donc bâtir un guide de référence, à l’intention des dirigeantes et dirigeants syndicaux. »
Robert Lamy, SQEES-298

« Moment historique ! » Notre secrétaire général, René Roy, a ainsi salué la tenue, hier midi, du premier caucus des gais et lesbiennes de la centrale. Une vingtaine de nos militants et militantes ont participé à l’événement. « Je félicite ceux et celles qui se sont battus pour la reconnaissance des gais et lesbiennes sur le plancher du congrès », a-t-il mentionné.

Ce travail de reconnaissance est loin d’être terminé, comme en témoigne le petit nombre de membres que compte le nouveau comité des gais et lesbiennes de la FTQ. « J’invite les autres syndicats à déléguer des membres au comité, a dit Pierre Dupuis, directeur du SCFP-Québec et vice-président de la FTQ. Ce sera plus facile ensuite de débattre de ces questions à la centrale. »

Invité au caucus, Me Noël St-Pierre a parlé des effets de la mondialisation sur la protection des minorités sexuelles. Un nouveau dépliant y a été distribué :« La FTQ en action pour une société sans discrimination ».